Napoleon & Empire

Date et lieu

  • 14 et 15 janvier 1797 aux environs de Rivoli Veronese en Vénétie (de nos jours dans la province de Vérone, en Italie).

Forces en présence

  • Armée française (19 000 à 22 000 hommes selon les sources), 30 à 60 canons, sous le commandement du général Napoléon Bonaparte.  
  • Armée autrichienne (28 000 hommes), 90 canons, sous les ordres du baron Josef Alvinczy von Borberek.  

Pertes

  • Armée française : 2 200 hommes tués ou blessés, 1 000 prisonniers  
  • Armée autrichienne : 4 000 hommes tués ou blessés, 8 à 10 000 prisonniers, 8 canons, 11 drapeaux  
 (detail)
"Napoléon Bonaparte à la bataille de Rivoli" (détail). Peint en 1844 par Henri-Félix-Emmanuel Philippoteaux.
Agrandir

La bataille de Rivoli est la plus brillante des victoires françaises de la première campagne d'Italie. Elle clôt la phase des offensives autrichiennes en Italie du Nord et ouvre le chemin de Vienne aux troupes républicaines de Napoléon Bonaparte.

Situation générale

Malgré leur défaite d'Arcole  en novembre 1796, les Autrichiens sont toujours décidés, au début de l'année suivante, à faire tous les efforts nécessaires pour délivrer la ville de Mantoue [Mantova] , assiégée depuis sept mois, et où le général Dagobert Sigmund von Wurmser s'est enfermé après la bataille de Bassano . La cité , forte d'une garnison de près de 30 000 hommes, constitue en effet la clé de l'Italie du Nord et seule sa résistance empêche l'armée française de poursuivre son offensive vers l'Autriche, comme l'avenir le prouvera bientôt.

C'est donc sous l'aiguillon d'une impérieuse nécessité que l'Autriche parvient, en deux mois à peine, à mettre sur pied une nouvelle armée de 45 000 hommes, qu'elle confie comme la précédente au général Josef Alvinczy von Borberek.

Celui-ci divise ses forces en trois unités d'effectifs inégaux. Les deux premières, comptant 17 000 hommes en tout, sous Adam Bajalics von Bajaháza (Bayalitsch) et Giovanni Provera, se dirigent respectivement, depuis la Brenta, vers Vérone [Verona]  et Legnago , sur le cours inférieur de l'Adige . Leur fonction essentielle est d'attirer l'attention de Bonaparte vers la plaine tandis que la troisième unité, forte de 28 000 hommes sous le commandement direct d'Alvinczy, se chargera de l'attaque principale, à Rivoli Veronese . Une fois cette position conquise, ces trois corps convergeront vers Mantoue d'où Wurmser, prévenu de leur arrivée, sortira à leur rencontre. La réunion de toutes leurs troupes donnera aux Autrichiens une nette supériorité numérique.

En face, les Français disposent de 42 000 hommes environ, dont 7 000 reçus en renfort après Arcole. Ils sont organisés en cinq divisions. Celle de Barthélemy Catherine Joubert tient pour l'heure la position de Rivoli , au nord de laquelle elle s'est avancée d'une dizaine de kilomètres jusqu'à La Corona [Madonna della Corona]. André Masséna est à Vérone, Charles Augereau à Legnago , Jean-Mathieu Philibert Sérurier bloque Mantoue et le général Gabriel Venance Rey stationne à Desenzano  avec une division de réserve, moins nombreuse que les quatre autres. Bonaparte lui-même se tient au centre du dispositif, prêt à intervenir au plus vite en tout point, selon le besoin.


Opérations préliminaires

L'offensive autrichienne sur Rivoli  débute le 12 janvier 1797 par l'attaque des positions françaises de La Corona. Joubert, fortement retranché, résiste toute la journée puis fait retraite le lendemain sur Rivoli  en apprenant qu'une colonne autrichienne est en train de le déborder sur sa gauche. Ce repli est exécuté dans l'ordre et quasiment sans pertes, aucun combat notable n'étant à signaler jusqu'au soir. Les Autrichiens, confiants dans leur supériorité numérique, se contentent de prendre lentement des dispositions qui ont pour but non seulement de vaincre les Français mais également de les envelopper et d'obtenir leur reddition.

Le 13, vers dix heures du soir, n'ayant reçu ni ordres ni renforts et constatant que les montagnes alentours sont couvertes de forces ennemies, Joubert décide, afin d'éviter d'être écrasé ou encerclé le lendemain, de reculer encore. Il entame son mouvement lorsque lui parvient la nouvelle de l'arrivée imminente du général en chef, accompagné du plus gros de la division Masséna. Ordre lui est également transmis de se tenir en avant (donc au nord) de Rivoli . Il l'exécute aussitôt.

Bonaparte, en effet, au vu des combats menés le 12 et le 13 en plaine, ainsi que des rapports que lui a fait parvenir Joubert, s'est maintenant convaincu que l'effort principal des Autrichiens porterait sur la position tenue par ce dernier. Il a donc pris ses dispositions pour contenir les deux corps ennemis qui opèrent en plaine tandis qu'il concentre ses troupes pour aller à la rencontre du troisième. Il amènera ainsi avec lui près de 12 000 hommes de renfort à Joubert, ce qui portera l'effectif final des Français à une vingtaine de milliers d'hommes sur le champ de bataille.

Bonaparte se présente à Rivoli  vers deux heures du matin, précédant largement les troupes de Masséna, et ordonne à Joubert d'attaquer dès l'aurore, sans attendre leur arrivée.


Le terrain

Rivoli Veronese et ses environs, vue générale
Vue générale du village de Rivoli Veronese et de ses environs

Le site de Rivoli  forme un plateau en demi-cercle entouré de hauteurs  peu importantes mais dont les pentes sont plus raides vers l'extérieur. Au nord, elles descendent dans la vallée de Caprino au fond de laquelle coule un ruisseau, le Tasso . De ce côté, l'accès peut se faire soit par les chemins qui, venant de La Corona ou du Monte Baldo , donnent sur Trambasore  et San Marco , soit par les deux routes qui longent l'Adige . Celle de la rive droite est resserrée entre le fleuve et le Monte Magnone  et grimpe sur le plateau en direction d'Osteria  par le défilé  d'Incanale [Canale]. Le site de la chapelle San Marco [de nos jours un fort construit à la fin du XIXème siècle], qui domine la chaussée du haut du Monte Magnone, commande donc l'accès nord au plateau. La voie de la rive gauche avance pour sa part jusqu'au-delà de Rivoli Veronese avant d'atteindre le petit fort de La Chiusa qui clôt hermétiquement le passage. Tels qu'elles sont, ces approches interdisent d'amener avec soi cavalerie ou artillerie tant soit peu importantes, sinon par le défilé d'Incanale, dont il est très difficile de forcer les débouchés. Du côté sud, au contraire, les approvisionnements sont aisés, ce qui favorise en l'occurrence le défenseur.


Les dispositions autrichiennes

Alvinczy a partagé ses forces en six colonnes. La première, forte de 5 000 hommes commandés par le colonel Franz Joseph de Lusignan, a opéré un large mouvement tournant par la droite (l'ouest), passant par Lumini et Pesina dans l'intention de se présenter du côté d'Affi , au sud-ouest de Rivoli et non loin de la route par laquelle pourraient arriver des renforts français. La seconde, de 4 700 hommes, sous Anton Lipthay (ou Liptay) de Kisfalud, et la troisième, de 4 000, sous Samuel Köblös de Nagy-Varád, doivent attaquer le bord septentrional du plateau, respectivement à Trambasore  et San Marco. Un succès de ce côté pourrait ouvrir aux Autrichiens le défilé d'Incanale. Les 3 400 soldats de la quatrième colonne, confiée à Joseph Ocskay von Ocskó, ont pour mission d'appuyer les deux précédentes après avoir fait demi-tour dans la vallée de l'Adige, où ils sont déjà engagés, pour remonter jusqu'à Belluno Veronese et revenir par Ferrare et La Corona. La cinquième, sous Peter Vitus von Quasdanovitch, continue, elle, d'avancer sur la route de la rive droite de l'Adige dans l'espoir de s'ouvrir le passage à Incanale. Elle concentre par nécessité l'essentiel de la cavalerie et de l'artillerie, auxquelles l'état des chemins interdit de suivre les autres colonnes. La sixième enfin, sous Joseph Philipp Vukasović (Wukassovitch), emprunte la route de la rive gauche de l'Adige. Elle est chargée de s'emparer du fort de La Chiusa, de jeter un pont sur le fleuve et de surgir, tout comme Lusignan mais par l'autre aile, sur les arrières de l'ennemi. La synchronisation de toutes ces manoeuvres, en plein hiver et dans une région de montagne, est une gageure qui ne sera pas tenue.


Journée du 14 janvier

Premiers combats

A quatre heures du matin, Joubert passe à l'offensive. Laissant la 39ème demi-brigade vers Osteria pour surveiller le défilé d'Incanale, il avance droit au nord, reprend aisément San Marco, peu garnie de troupes, puis pénètre dans la vallée de Caprino , où il se heurte au gros des Autrichiens, formé de leurs deuxième, troisième et quatrième colonnes. Ces 12 000 hommes environ affrontent plusieurs heures durant les 8 000 de la division Joubert et prennent peu à peu le dessus. A 7 heures du matin, Liptay contre attaque vigoureusement depuis le pied du Monte Baldo où il a d'abord été repoussé. L'aile gauche française reflue dans le plus grand désordre sur Trambasore. Au même moment, à droite, le général Honoré Vial doit rendre San Marco à l'ennemi après un féroce affrontement. Seule la 14ème demi-brigade, au centre, autour de San Giovanni, continue à tenir bon. Mais les premières unités de Quasdanovitch commencent à apparaître sur le plateau, par le défile d'Incanale. La situation devient délicate.

Entrée en lice de Masséna

L'arrivée de Masséna, vers dix heures du matin, change le cours des événements. Bonaparte se porte aussitôt au secours de l'aile gauche de Joubert avec les 2 000 hommes de la 32ème demi-brigade, qui forme l'avant-garde des nouveaux-venus. Ce renfort redresse la situation. Liptay est à nouveau repoussé jusqu'au pied du Monte Baldo. Les deux autres demi-brigades amenées par le futur duc de Rivoli, la 18ème et la 75ème, se portent, la première vers Garda  pour surveiller le flanc gauche du champ de bataille, la seconde au plus près de Rivoli où elle se tient en réserve.

Pendant ce temps, les autres colonnes autrichiennes ont progressé et commencent à apparaître sur les lieux du combat. Lusignan se présente à Affi. Deux bataillons rappelés de Garda l'ont ralenti près de Costermano sans arrêter sa marche. Wukassovitch, sur la rive gauche de l'Adige, s'est installé près de Somano, d'où il bombarde la 39ème demi-brigade qui garde le défilé d'Incanale pendant que Quasdanovitch en gravit les pentes. Après l'évacuation de San Marco par Vial, la 39ème demi-brigade est contrainte d'abandonner l'Osteria, laissant la tête de la colonne de Quasdanovitch s'avancer sur le plateau. Masséna ayant du mal à contenir Liptay à Trambasore, la situation à cet instant de la bataille peut sembler à nouveau préoccupante.

La réalité est pourtant différente. Les Autrichiens de Liptay, Köblös et Ocskay sont épuisés par les combats livrés depuis l'aube ; Quasdanovitch n'a encore qu'une très faible troupe sur le plateau tandis que le restant de ses hommes est engagé dans la difficile ascension du défilé ; Lusignan est toujours très loin de pouvoir intervenir là où se joue le sort de la bataille. Ce dernier se trouve en outre lui-même en danger d'être pris à revers par l'arrivée imminente des troupes de réserve françaises, 3 000 hommes que le général Rey amène depuis Castelnovo [Castelnuovo del Garda] , au sud.

Echec de l'aile gauche autrichienne

Plus ou moins conscient de ces différents paramètres, Bonaparte garde son sang-froid dans la difficile conjoncture que ses affaires traversent et les rétablit bientôt. La 75ème demi-brigade, trop éloignée de l'aile droite de Joubert pour pouvoir la secourir, est envoyée se joindre aux deux bataillons de la 18ème qui viennent de tenter d'inquiéter Lusignan. Leur mission conjointe est d'occuper les hauteurs de Tiffaro , sur le bord occidental du plateau afin de contrarier la progression de la colonne autrichienne. Simultanément, Bonaparte jette les 600 hommes de la cavalerie de réserve de Joubert, sous les ordres de Leclerc, et la 39ème demi-brigade, en formation serrée, sur la tête de colonne de Quasdanovitch. Celle-ci est rapidement repoussée et sa marche rétrograde vient porter la confusion dans l'accumulation d'hommes, de chevaux et de matériel qui encombre le défilé. Les Français font suivre leur attaque d'une canonnade intense délivrée par la batterie de 15 pièces installée à Zoane [Zuane]. L'explosion inopinée de deux caissons d'artillerie autrichienne, au milieu de la cohue des fuyards, achève de désorganiser le corps de Quasdanovitch que les Français fusillent de surcroît copieusement depuis les hauteurs. La déroute autrichienne dans ce secteur est totale. Wukassovitch lui-même, sur la rive gauche de l'Adige, rebrousse chemin.

Défaite du centre autrichien

Une fois ce résultat acquis, l'aile droite de Joubert et sa cavalerie sont envoyées au soutien du centre où Vial a fort à faire face à Ocskay et Köblös. Mais ceux-ci, lorsqu'ils arrivent vers Mutole, et du fait même de leur progression, offrent leur flanc droit aux coups de Masséna, qui tient les hauteurs de Trambasore après en avoir repoussé Liptay. L'arrivée simultanée sur leur gauche de nouvelles masses de fantassins français et de 200 cavaliers menés par le chef d'escadron Antoine Charles Louis de Lasalle, alors qu'elles n'ont ni cavalerie ni artillerie à opposer à leurs ennemis, provoque un mouvement de panique dans les rangs de ces deux colonnes autrichiennes. Elles lâchent pied et reculent derrière le Tasso  jusqu'aux premières pentes du Monte Baldo, laissant un millier des leurs aux mains des Français. Liptay, à la tête de la dernière colonne du centre encore opérationnelle, ne se juge alors plus en état de continuer la lutte et se retire au-delà de Caprino. Il est aux alentours de midi.

Déroute de l'aile droite autrichienne

L'aile gauche et le centre adverses défaits, Bonaparte se retourne contre Lusignan, qui vient enfin de pénétrer sur le théâtre des opérations en prenant le Monte Pipolo , au sud de Rivoli. Ignorant ce qui vient de se passer au nord du champ de bataille, la colonne autrichienne fait donc son apparition trop tard pour exercer une influence quelconque sur l'issue du combat mais encore à temps pour être écrasée à son tour. A 15 heures, elle est attaquée par les 18ème et 75ème demi-brigades réunies et nanties d'une batterie d'artillerie, dont l'intervention est décisive face à une troupe dépourvue de canons. Pour comble d'infortune, Lusignan voit se présenter sur ses arrières le général Rey, arrivant d'Orza avec sa division. Lusignan tente d'abord de résister, avec pour seul résultat d'aggraver ses pertes. Il fuit ensuite vers Garda mais les 1 200 soldats qui lui restent s'y heurtent à quelques compagnies françaises isolées. Se croyant cernés, les Autrichiens mettent alors pour la plupart bas les armes et se rendent. Lusignan parvient à fuir par le lac de Garde  avec quelques compagnons. C'est tout ce qu'il subsiste des 5 000 hommes confiés à son commandement par Alvinczy.

Départ de Bonaparte

A 17 heures, ne restent plus en lice que les débris de la colonne de Quasdanovitch, encore celle-ci s'est-elle retirée dans la vallée de l'Adige  jusqu'à Rivalta, à dix kilomètres au nord. Bonaparte s'apprête à l'attaquer quand il apprend que Provera à passé l'Adige à Anghiari et marche sur Mantoue. Joubert reçoit sans délai le soin de parachever la victoire. Le corps de Rey lui est laissé en renfort tandis que le général en chef repart pour la plaine avec la division Masséna.


Journée du 15 janvier

Le lendemain, Alvinczy a déjà suffisamment reculé pour que le terrain gagné pendant la nuit l'autorise à espérer descendre de La Corona sur Brentino sans danger, bien qu'il doive faire passer son armée par des chemins taillés en escalier sur les pentes du Monte Magnone. Il a ensuite les meilleures chances d'échapper à ses poursuivants. Cependant, incertain du sort de son aile droite et désireux d'en faciliter le repli tout en retenant quelques troupes françaises dans les montagnes pendant que Provera opère en plaine, Alvinczy tente un retour offensif le 15 au matin.

Du côté Français, les dispositions prises par Joubert visent effectivement à déranger voire à couper la ligne de retraite de l'ennemi. Sa droite, sous Vial, se porte sur le Monte Magnone ; sa gauche, avec Veaux, et son extrême gauche, réunie à Joachim Murat qui a débarqué à Torre [Torri del Benaco]  et marche sur Ferrare, gravissent les pentes du Monte Baldo. Pendant que ces colonnes tentent de s'emparer des voies de repli des Autrichiens en les tournant, le centre français, sous Louis Baraguey d'Hilliers, se heurte de front à l'ennemi revenu sur ses pas. Le choc a lieu à San Martino  où, après une heure à peine de combat, Alvinczy, tirant les conséquences du manque flagrant de combativité manifesté par ses troupes, ordonne la retraite. Celle-ci tourne vite à la débandade. La crainte de se voir barrer la route par les ailes françaises pousse les soldats autrichiens à la panique. Leur marche se transforme en une fuite échevelée, ralentie par la difficulté du terrain, une sente étroite et abrupte. Pour beaucoup d'entre eux, le cauchemar devient réalité et plus de 5 000 hommes sont capturés par les détachements français qui les ont en effet précédés au défilé de La Corona.

Ce dernier épisode constitue le dénouement d'une bataille à l'issue de laquelle les pertes autrichiennes s'élèvent à 14 000 hommes sur les 28 000 engagés, dont près de 10 000 prisonniers. Les Français, pour leur part, n'en ont perdus qu'un peu plus de 3 000.


Conséquences de la bataille

La victoire de Rivoli a un immense retentissement en Europe. Suivie le lendemain par celle de La Favorite, elle entraîne, peu de jours plus tard (le 2 février), la chute de Mantoue. La route de Vienne s'ouvre ainsi devant l'armée française, qui l'empruntera deux mois plus tard. Dans l'intervalle, en Italie même, le Pape Pie VI, désormais privé d'alliés, n'a bientôt plus d'autre choix que de signer le traité de Tolentino. Le souverain pontife y entérine l'annexion d'Avignon et du Comtat-Venaissin par la France et cède à celle-ci les légations de Bologne, de Ferrare et de Romagne.

*  *  *
la division Masséna arriva sur le champ de bataille et retourna la situation après avoir parcouru plus de cent quarante kilomètres en deux jours, dont les douze dernières heures en marche forcée. Napoléon Bonaparte écrira à ce propos, dans une lettre au Directoire, que "ces soldats ont surpassé la rapidité des légions de César".


*  *  *

A la fin de l'année 1796 et en janvier 1797, le Quartier Général de Napoléon Bonaparte se trouvait au palais Forti , à Vérone.

*  *  *
Un monument  commémorant la victoire des Français  a été érigé en 1807 près du village de Rivoli Veronese. Détruit par les Autrichiens en 1814, il fut reconstruit en 1917-1918 par des "poilus" de l'Armée Française d'Italie, en l'honneur de leurs aînés de 1797.

Panoramique aérien du champ de bataille de Rivoli


Détail de la carte de la
Carte de la bataille
Agrandir

Crédit photos

 Photos par Lionel A. Bouchon.
 Photos par Marie-Albe Grau.
 Photos par Floriane Grau.
 Photos par Michèle Grau-Ghelardi.
 Photos par Didier Grau.
 Photos par des personnes extérieures à l'association Napoléon & Empire.
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > La Guerre > Campagnes et batailles > Bataille de Rivoli
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:14:56.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page