Napoleon & Empire

Bataille de Somosierra

Date et lieu

  • 30 novembre 1808 dans les gorges de Somosierra (ou Somo-Sierra) dans la Sierra Guadarrama, à 90 Km au nord de Madrid, en Espagne.

Forces en présence

  • Armée française (environ 35 000 hommes, dont 6 000 seront réellement engagés), incluant une brigade de chevau-légers polonais du Duché de Varsovie, sous le commandement de l'Empereur Napoléon 1er. 
  • Armée espagnole (environ 13 000 hommes, 8 000 participant aux combats) commandée par le général Benito de San Juan. 

Pertes

  • Armée française, cinquante-sept Polonais tués ou blessés (sur cent-cinquante ayant pris part à la charge). 
  • Armée espagnole, de 200 à 2 000 tués selon les sources, 16 canons, 10 drapeaux. 
Bataille de Somosierra (detail)
"Bataille de Somosierra" (détail). Peint en 1810 par Louis-François Lejeune.
Agrandir

La situation générale

Début novembre 1808, Napoléon est arrivé à Vitoria  pour y prendre la tête des armées françaises en Espagne. Son but est de ramener son frère Joseph dans la capitale de son royaume, qu'il a du quitter précipitamment, le 30 juillet précédent, peu après la capitulation de Pierre Dupont de l'Etang à Bailén (22 juillet). Pour ce faire, l'Empereur a déplacé en Espagne la moitié des forces françaises d'Allemagne et dispose donc de soldats aguerris. S'ensuit une série de défaites espagnoles qui mettent bientôt l'Empereur à portée de Madrid. Arrivant de Burgos, il lui reste cependant à franchir la Sierra de Guadarrama , que traverse la route reliant les deux villes.

Le site du combat

Le point de passage obligé est au col de Somosierra, un peu avant le village du même nom. Y mène une route assez étroite et encaissée, formant défilé sur les six derniers kilomètres, facile à défendre . C'est évidemment l'endroit que choisit le général espagnol Benito de San Juan pour barrer la route aux Français. Des treize mille hommes environ dont il dispose, il en installe huit à neuf mille sur les hauteurs de Somosierra, avec vingt-deux canons répartis en quatre batteries échelonnées tout au long de la route  . Chacune commande un des principaux coudes du défilé ; la première peu après un petit pont de pierre qui franchit le ruisseau Duratón  , la dernière, forte d'une dizaine de pièces, au-dessus du col lui-même et d'une petite chapelle (aujourd'hui l'ermitage de Nuestra Señora de la Soledad) .

Somosierra : le vitrail de la chapelle
Le vitrail de la chapelle Nuestra Señora de la Soledad à Somosierra

Premiers contacts

Le 29 novembre, à Boceguillas , Napoléon est informé des dispositions prises par l'ennemi et bute à Sepulveda sur son avant-garde. Celle-ci, après avoir repoussé une première attaque, parvient à s'échapper à la faveur de l'obscurité.

Le lendemain, à 9 heures du matin, Napoléon fait d'abord donner son infanterie. Dans un épais brouillard, le maréchal Victor envoie trois colonnes à l'assaut, l'une de la route, les deux autres des pentes qui la bordent, ces deux dernières devant tomber sur les flancs des Espagnols. La nature plus aisée du terrain et une mauvaise coordination amènent la colonne ayant emprunté la route à se présenter seule devant la première batterie espagnole, qui la cloue sur place.

La charge des Polonais

Vers onze heures, Napoléon arrive avec la cavalerie. Il s'avance vers le petit pont de pierre, observe la situation (le brouillard s'est levé), et, constatant que l'infanterie ne parvient pas à progresser, ordonne une charge de cavalerie. Toutes les autorités s'accordent à juger qu'il s'agit d'une mission impossible. Après une courte reconnaissance, un aide de camp du maréchal Berthier la juge telle, le maréchal Bessières est opposé au projet, mais Napoléon n'en a cure. Dans sa colère, il prononce des paroles historiques : "Impossible, impossible, je ne connais pas ce mot-là" (qui deviendra, le succès aidant : "Impossible n'est pas Français") et retire la mission à sa Garde pour la confier à l'escadron polonais de service auprès de lui ce jour-là.

La charge a donc lieu, et à fond, sous les commandements successifs du chef d'escadron Jan Leon Kozietulski, du capitaine Jan Dziewanowski puis du lieutenant Andrzej Niegolewski, qui tombent à tour de rôle sous le feu des Espagnols sans que se brise l'élan de leurs camarades. Les batteries sont enlevées les unes après les autres. Les chasseurs à cheval de la Garde sont alors envoyés à la rescousse, avec le chef d'escadron Andrzej Tomasz Łubieński pour prendre le commandement de ce qu'il reste de chevau-légers. Pendant ce temps, épouvantés, les Espagnols se sont mis à abandonner leurs positions. Les premiers cavaliers qui arrivent en haut du col  constatent que la plupart de leurs adversaires se sont enfuis en abandonnant armes et bagages, massacrant sur place leur général pour avoir cherché à les retenir (selon d'autres sources, celui-ci mourra victime de mutins à Talavera le 7 janvier suivant). Il en reste cependant quelques-uns autour de la dernière batterie, qui infligent au lieutenant Niegolewski deux blessures par arme à feu et neuf par arme blanche. Napoléon, très ému, lui remettra sa propre croix de la Légion d'honneur en arrivant sur place.

La charge a duré sept minutes.

Trois autres escadrons de cavalerie polonais assurent la poursuite, suivis par les voltigeurs de l'infanterie.

Les suites de la bataille

La route de Madrid est désormais ouverte. Napoléon y entrera le 4 décembre suivant.

Les morts sont enterrés en grande pompe. Le lendemain, lors d'une revue tenue à Buitrago, Napoléon se découvre devant les survivants et leur déclare : "Vous êtes dignes de ma Vieille Garde. Je vous reconnais pour ma plus brave cavalerie". Pas moins de seize légions d'honneur leur sont distribuées.

*  *  *
Le lieutenant Niegolewski se remettra de ses blessures et écrira, quarante-sept ans plus tard : "Puissent beaucoup de jeunes gens avoir un pareil jour de fête". Ce qui prouve que la notion de fête a beaucoup évolué depuis ...

*  *  *

On a parfois considéré la décision d'envoyer des cavaliers à l'assaut d'une succession de batteries d'artillerie comme injustifiable, voire criminelle. Certains y voient une illustration du peu de cas dont Napoléon faisait de la vie de ses soldats. Outre que l'événement lui a donné raison, puisque cette charge a effectivement obtenu le succès espéré, il faut noter l'appréciation du général anglais William Francis Patrick Napier, peu susceptible de partialité en sa faveur, qui participa aux guerres de la péninsule et est considéré outre-Manche comme le meilleur historien de ces campagnes : « ...la charge de la cavalerie polonaise était extravagante, mais, prise comme résultat de la juste idée qu'avait Napoléon de la valeur des troupes espagnoles et de sa promptitude à saisir l'avantage que lui offraient en ce moment les épaisses vapeurs qui couvraient la montagne, c'est une heureuse inspiration de son génie. »

Panoramique aérien du champ de bataille de Somosierra


Détail de la carte de la bataille de Somosierra
Carte de la bataille
Agrandir
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > La Guerre > Campagnes et batailles > Bataille de Somosierra
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:14:56.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page