Napoleon & Empire

1799. Le coup d'Etat du 18 Brumaire

Chronologie de l'ère napoléonienne : [Chrono-galerie] [1769-1788] [1789-1793] [1794-1795] [1796] [1797] [1798] [1799] [1800] [1801] [1802] [1803] [1804] [1805] [1806] [1807] [1808] [1809] [1810] [1811] [1812] [1813] [1814] [1815] [1816-1821] [1840]
Le 18 Brumaire
Le 18 Brumaire
Agrandir

9 janvier 1799 – Un "régiment des dromadaires" est créé au sein de l'Armée d'Égypte. –  11 janvier 1799 – Joachim Murat reçoit l'ordre de s'emparer d'un village où se sont installées deux tribus arabes ; il doit « prendre tous leurs chameaux, bestiaux, femmes, enfants, vieillards ». La directive suivante figure dans ses ordres : « Vous tuerez tous les hommes que vous ne pourrez pas prendre ». –  15 janvier 1799 – Le général Bonaparte exhorte Jean-Baptiste Poussielgue à trouver des fonds : « Nous avons le plus grand besoin d'argent... Tâchez de nous avoir 2 à 300 000 livres ». –  18 janvier 1799 – Il écrit au général Jean-Antoine Verdier : « Le cheik du village de Myt-Ma'sarah est extrêmement coupable ; vous le menacerez de lui faire donner des coups de bâton, s'il ne vous désigne pas l'endroit où il y aurait des Mameluks qu'il aurait cachés ; vous vous ferez donner tous les renseignements que vous pourrez sur les bestiaux appartenant aux Arabes qui pourraient être dans son village ; après quoi, vous lui ferez couper la tête, et la ferez exposer avec une inscription que c'est pour avoir caché des canons. »

10 février 1799 – Bonaparte quitte Le Caire en direction de la Syrie par la route du désert, à la tête de 13 000 hommes. –  20 février 1799 – Après trois jours de siège, le fort El-Arych capitule. –  25 février 1799 – Entrée à Gaza.

3 mars 1799 – Arrivée devant Jaffa. –  7 mars 1799 – Prise de Jaffa ; pillage et massacre dureront deux jours ; les quatre mille hommes de la garnison sont exécutés. –  9 mars 1799 – Lettre de Bonaparte aux cheiks, ulemas et commandants de Jérusalem : « Les habitants de Jérusalem peuvent choisir la paix ou la guerre. S'ils choisissent la première, qu'ils envoient au camp de Jaffa des députés pour promettre de ne jamais rien faire contre moi ; s'ils étaient assez insensés pour préférer la guerre, je la leur porterai moi-même. Ils doivent savoir que je suis terrible comme le feu du ciel contre mes ennemis, clément et miséricordieux envers le peuple et ceux qui veulent être mes amis ». –  11 mars 1799 – Visite de Napoléon Bonaparte aux pestiférés de l'hôpital de Jaffa VOIR. –  12 mars 1799 – Le Directoire déclare la guerre à l'Autriche. –  19 mars 1799 – Le siège est mis devant Saint-Jean-d'Acre.

16 avril 1799  – Bataille du Mont-Thabor, au pied du mont ainsi nommé , en Galilée ; c'est le fait d'armes le plus digne de gloire de la campagne d'Égypte. –  21 avril 1799 – Joséphine acquiert la Malmaison .

17 mai 1799 – Levée du siège de Saint-Jean-d'Acre... –  24 mai 1799 –. ..et retour à Jaffa. –  26 mai 1799 – Paul Barras réclame le retour de Bonaparte. –  27 mai 1799 – Seconde visite aux pestiférés de Jaffa. –  28 mai 1799 – Ordre du général en chef Bonaparte : « Le général Kléber fera brûler les moissons partout où il passera et tâchera de régler sa marche de manière à pouvoir envoyer quelques grosses patrouilles de cavalerie, soutenues de piquets d'infanterie, pour piller les villages qui se trouvent sur la route, enlever les ânes, bestiaux, chevaux, etc. »

14 juin 1799 – Retour au Caire. –  19 juin 1799 – De Bonaparte au général Charles Dugua : «  Faites fusiller tous les Moghrebins, Mekkins, etc., qui ont porté les armes contre nous ». –  23 juin 1799 – A Jean-Baptiste Kléber : « Quatre ou cinq négociants de Damiette, chrétiens ou turcs, peuvent vous prêter les 60 000 livres que vous demandez ; je crois que cela vaut mieux que de s'adresser à un trop grand nombre. Choisissez six négociants turcs et deux ou trois chrétiens, et imposez chacun d'eux à tant. »

15 juillet 1799 – Découverte par le lieutenant Pierre-François-Xavier Bouchard de la pierre de Rosette  dans la ville éponyme du delta du Nil. – 17 juillet 1799 – Prise d'Aboukir par l'armée turque amenée sur place par une flotte anglaise. – 20 juillet 1799 – Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord démissionne. –  25 juillet 1799 – Bataille d'Aboukir.

17 août 1799 – Napoléon Bonaparte déclare au divan du Caire : « Je pars demain pour me rendre à Ménouf, d'où je ferai différentes tournées dans le Delta, afin de voir par moi-même les injustices qui pourraient être commises et prendre connaissance des hommes et du pays. Je vous recommande de maintenir la confiance parmi le peuple ». –  22 août 1799 – Il fait savoir au général Jacques-François de Menou qu'il part le soir même pour la France.

1er octobre 1799 – Entrée de la frégate transportant Bonaparte dans le port d'Ajaccio. –  6 octobre 1799 – Départ d'Ajaccio. –  9 octobre 1799 – Débarquement dans la baie de Saint-Raphaël. –  16 octobre 1799 – Arrivée à Paris. –  17 octobre 1799 – Réception par le Directoire en séance publique. –  23 octobre 1799 – Rencontre avec Jean Victor Marie Moreau et Emmanuel-Joseph Sieyès. Début des préparatifs du coup d'État. Élection de Lucien Bonaparte à la présidence du Conseil des Cinq-Cents.

1er novembre 1799 – Entrevue décisive avec Sieyès, chez Lucien Bonaparte. –  7 novembre 1799 – Bonaparte reçoit Talleyrand à dîner. –  8 novembre 1799 – Jean-Jacques Régis de Cambacérès reçoit Napoléon Bonaparte à dîner. –  9 novembre 1799 – Coup d'État du 18 brumaire.

10 novembre 1799 – Expulsion des membres du Conseil des Cinq-Cents siégeant à Saint-Cloud VOIR. Le Conseil des Anciens forme un Comité Général. Au milieu de la nuit, un groupe des membres du Conseil des Cinq-Cents décrète qu'il n'y a plus de Directoire ; que soixante et un députés du Conseil sont déchus de leur mandat ; que le Corps législatif s'ajourne jusqu'au 1er ventôse (20 février 1800) ; que ses membres conserveront leur indemnité pendant cette période. Création de deux commissions qui élisent aussitôt trois consuls provisoires : Bonaparte, Sieyès et Roger-Ducos. Proclamation de Napoléon Bonaparte adressée au pays. –  11 novembre 1799 – Les trois consuls se réunissent pour la première fois. –  13 novembre 1799 – Abrogation de la loi du 24 messidor an VII (12 juillet 1799), permettant de prendre des otages parmi les parents d'émigrés et les ci-devant nobles. –  15 novembre 1799 – Napoléon Bonaparte s'installe au palais du Petit Luxembourg. –  16 novembre 1799 – Le ministre de la Police fait retirer de l'affiche la pièce Les Mariniers de Saint-Cloud, donnée à l'Opéra-Comique, « où trop de détails rappellent amèrement d'anciens souvenirs ». –  18 novembre 1799 – L'emprunt forcé progressif sur les citoyens aisés est remplacé par « une subvention extraordinaire de 25 centimes par franc du principal des contributions directes »–  19 novembre 1799 – Les bureaux centraux du ministère de la Police reçoivent l'ordre de leur ministre «  de ne plus rien tolérer dans les spectacles qui pût diviser les esprits ». –  20 novembre 1799 – Il ne reste que 167 000 francs en numéraire dans la caisse du Trésor. –  22 novembre 1799 – Talleyrand reprend le ministère des Affaires étrangères. –  24 novembre 1799 – Les principaux banquiers parisiens, convoqués par Bonaparte, consentent une avance immédiate de douze millions. Promulgation d'une loi organisant la direction des contributions directes. –  28 novembre 1799 – La garde consulaire est créée par arrêté. –  29 novembre 1799 – La déportation des prêtres ayant prêté tous les serments requis sans les avoir ensuite rétractés est annulée.

1er décembre 1799 – Bonaparte repousse le projet de constitution présenté par Sieyès. L'exécution publique des chansons ayant pour sujet les événements de Brumaire et qui se montrent injurieuses à l'égard de la représentation nationale est interdite. La police reçoit l'ordre de s'y opposer dans les rues et sur les places publiques. –  2 décembre 1799 – Une rafle au Palais-Royal envoie trois cents filles publiques à la Force et à Sainte-Pélagie. –  3 décembre 1799 – Jean-Guillaume Moitte, sculpteur, reçoit commande d'une statue de la Liberté destinée au palais du Luxembourg. –  4 décembre 1799 – Pierre Daunou, ancien conventionnel modéré, est chargé de la rédaction d'un projet de constitution. –  5 décembre 1799 – En l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois, alors Temple de la Reconnaissance, est organisée une fête à la Tolérance. –  11 décembre 1799 – L'ordre est donné d'arrêter tout individu donnant à jouer sur la voie publique. –  12 décembre 1799 – Bonaparte se fait lire à domicile le projet de constitution rédigé par Daunou, et le fait adopter immédiatement par les cinquante commissaires présents. –  14 décembre 1799 – Un armistice est signé avec les Vendéens. –  15 décembre 1799 – La Constitution de l'an VIII est proclamée. –  16 décembre 1799 – Une loi organise la consultation populaire destinée à laquelle sera soumise la nouvelle constitution : les citoyens devront signer des registres « pour » ou « contre » déposés chez les notaires, les juges de paix et dans les communes. Bonaparte se fait présenter son habit consulaire ; le modèle en a été dessiné par Jacques-Louis David. –  18 décembre 1799 – Bonaparte à Talleyrand : « Il est indispensable que, dans le plus court délai, le commerce de Gênes verse deux millions dans la caisse du payeur de l'armée... Les seigneurs de Gênes ont beaucoup donné, mais les négociants de cette ville n'ont point été surchargés ». –  22 décembre 1799 – Installation du Conseil d'État. Une loi est votée, sur proposition du Prermier consul, qui accorde à Sieyès un domaine de 480 000 francs, ce à titre de récompense nationale. –  24 décembre 1799 – Napoléon Bonaparte devient premier consul, aux côtés de Jean-Jacques Régis de Cambacérès et Charles-François Lebrun VOIR. Le prix du pain subit une augmentation de cinq centimes pour un pain de quatre livres. –  25 décembre 1799 – Proclamation aux Français : en acceptant « la première magistrature » Bonaparte a « contracté les obligations » de « rendre la République chère aux citoyens, respectable aux étrangers, formidable aux ennemis ». –  27 décembre 1799 – Installation du Sénat. –  28 décembre 1799 – Les insurgés de Vendée reçoivent l'ordre de rendre les armes et de se dissoudre dans les dix jours ; l'amnistie leur est accordée « pour tous les événements passés ». L'ouverture des églises les jours autres que le décadi (donc le dimanche) est autorisée. Le serment exigé des ecclésiastiques est remplacé par une simple déclaration et une promesse de fidélité à la Constitution. –  30 décembre 1799 – Ordre est donné de rendre des honneurs funèbres au Pape Pie VI, mort quatre mois plus tôt à Valence (le 29 août 1799) et qui n'avait pas encore reçu de sépulture décente.

Il suffit de positionner le curseur sur n'importe quelle date pour qu'une info-bulle indique automatiquement la date correspondante dans le calendrier révolutionnaire.

Remerciements

La photo du Mont-Thabor nous a été grâcieusement fournie par Mme Eva-Elise Grau, celle de la pierre de Rosette par Mme Floriane Grau et celle du château de Malmaison par M. Cyril Maillet.
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Commentaire
  • mardi 20 janvier 2015 à 17h50

    Bien mais serré. Pas assez détaillé sur le cout d'état qui es très important.
  • Ajouter un commentaire
Vous êtes ici : Accueil > Faits historiques > Evénements par année > Chronologie (1799)
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:54:45.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page