Napoleon & Empire

Napoléon Bonaparte à Valence

Valence, cité fondée par les romains en 121 avant Jésus Christ après l'invasion de la Gaule transalpine, est située au centre du couloir rhodanien, sur les hauteurs de la rive gauche du fleuve. En 1785, elle est à la frontière occidentale de la province du Dauphiné, et compte environ 7000 habitants (9000 avec le bourg).

Depuis sa fondation, sa position stratégique a fait de Valence une place militaire importante. A compter de 1783, la ville, qui a financé la création d'un polygone et l'installation d'une école d'artillerie (transférée de Besançon), accueille deux bataillons du prestigieux régiment de "La Fère Artillerie".

Valence : l'Eglise Saint-Jean-Baptiste
L'Eglise Saint-Jean-Baptiste à Valence
Agrandir

1785-86 : un jeune officier apprend son métier d'artilleur

C'est le 3 novembre 1785 (certains auteurs disent le 6) que le jeune lieutenant en second Napolionne de Buonaparte arrive à Valence (ville qu'il avait traversée fin décembre 1778 avec son frère Joseph et leur père qui les emmenait au collège d'Autun), en provenance de l'Ecole Militaire de Paris , en compagnie de son camarade de promotion Alexandre des Mazis.

Il y rejoint le régiment d'artillerie de La Fère, commandé par le chevalier Louis-César de Lance, colonel d'artillerie avec rang de brigadier des armées du Roi, et l'Ecole d'artillerie de Valence, alors dirigée par M. Bouchard, maréchal de camp. Bonaparte est affecté à la compagnie de bombardiers du capitaine Jacques-Philippe-François de Masson d'Autume (lequel sera en 1803, au retour d'émigration, nommé par le Premier Consul conservateur de la bibliothèque de l'Ecole d'application de l'artillerie et du génie à Metz).

Ses appointements sont de 1120 livres par an (800 payées par le Trésor Royal, 120 par les provinces, et 200 sur les fonds de l'Ecole en tant qu'officier issu de l'Ecole Militaire n'ayant pas encore atteint le grade de capitaine), charge à lui de se loger, se nourrir et subvenir à tous ses besoins.

Pour cela il s'installe chez Mademoiselle Marie-Claudine Bou, une célibataire cinquantenaire, qui tient un café-cercle au 48 Grande-Rue  , à l'angle de la Rue du Croissant [actuelle Rue du Lieutenant Bonaparte], et loue des chambres à l'étage ; il lui en coûte 8 livres et 8 sols par mois pour une chambre dont les croisées s'ouvrent sur la Grand'Rue, presqu'en face de la maison des Têtes, dont la façade mêlant les styles gothique flamboyant et Renaissance italienne est couverte de sculptures et de statues grimaçantes .

Une des premières visites du jeune lieutenant, muni d'une lettre de recommandation signée par Mgr Yves Alexandre de Marbeuf, évêque d'Autun et neveu de l'ancien Gouverneur de la Corse, est pour M. Jacques de Tardivon, abbé général de l'Ordre de Saint-Ruf. Ce dernier le reçoit fort grâcieusement en son abbaye [dont il ne subsiste de nos jours que le portail ], puis l'admet assidûment à ses soirées et à ses soupers, l'introduisant ainsi dans le monde.

Adélaïde de Saint-Germain, future comtesse de Montalivet
Adélaïde de Saint-Germain (1769-1850), future comtesse de Montalivet.

C'est ainsi qu'il est reçu dans les bonnes familles de la société valentinoise, où il n'est pas insensible au charme des demoiselles y appartenant   :

  1. Chez Joseph Starot de Saint-Germain, ancien explorateur compagnon de Bougainville devenu fermier général, qui possède un hôtel particulier  Côte des Cordeliers, il s'éprend de sa fille Louise Françoise Adélaïde au point de demander avec aplomb sa main au père. Ce dernier, qui avait légitimé l'enfant - fille naturelle du roi Louis XV - à sa naissance, refuse ce qu'il considère comme une mésalliance, ce jeune lieutenant d'artillerie désargenté n'ayant selon lui aucun avenir ... Adélaïde épousera en 1797 son cousin Jean-Pierre Bachasson de Montalivet, futur ministre de Napoléon.
  2. Chez Madame de Laurencin, tant en son hôtel  de la Rue de l'Equerre qu'au château de Champfort , il apprécie la compagnie de sa fille, la blonde Amélie.
  3. Chez Madame Philippe Grégoire du Colombier, une lyonnaise de 54 ans née Anne Carmaignac, instruite et distinguée, il remarque la fille Charlotte Pierrette Anne, dite Caroline, plus âgée que lui (elle est née en 1761) ; que ce soit à l'hôtel de la famille en ville  ou à la propriété des Basseaux  près d'Etoile-sur-Rhône, les jeunes gens nouent une relation platonique, à la Jean-Jacques Rousseau, qui les amène à quelques promenades dans les prés et vergers jouxtant les Basseaux, avec cueillettes de cerises à la clé ... Caroline épousera en 1792 Pierre-Ignace de Garempel de Bressieux, ancien capitaine au régiment de Lorraine ; elle entretiendra une correspondance régulière avec Napoléon, lequel la nommera en 1808 dame d'accompagnement de Madame Mère.

Conscient de ses carences, Napoléon n'hésite d'ailleurs pas à dépenser quelques unes de ses maigres ressources dans des leçons de danse et de maintien auprès d'un certain M. Dautel.

Au quotidien, il prend son petit déjeuner chez le Père Courriol, pâtissier et rôtisseur à l'angle des rues Briffaut et Vernoux , où il achète des petits pâtés chauds à 1 sol pièce. Il déjeune avec son ami Des Mazis soit chez Courriol, soit avec les autres lieutenants chez Charles Geny qui tient depuis 1775 l'auberge des Trois Pigeons 3 rue Pérollerie , et y dîne tous les soirs avec les officiers du régiment. Le 4 décembre 1795, c'est à l'auberge de l'Ecu de France , rue Madier de Montjau, qu'il célèbre la Sainte Barbe, patronne des artilleurs, lors d'un banquet.

Pour ce qui est des nourritures spirituelles, le jeune Bonaparte lit abondamment, notamment Rousseau, et fréquente, avec plusieurs camarades, le cabinet littéraire de Pierre Aurel, libraire tenant un salon particulier pour les officiers d'artillerie, au rez-de-chaussée d'une maison située à l'angle de la place des Clercs et de la Grand'Rue .

En l'absence de locaux militaires dédiés à l'enseignement, c'est à la Chapelle des Cordeliers  , qui a été mise à disposition de l'école d'artillerie, que Napoléon suit les cours de dessin et de lavis du maître Jean-François Séruzier, et de mathématiques d'Henri-Sébastien Dupuy de Bordes.

Le 11 janvier 1786, jugé "instruit dans les matières de son service" à l'issue d'un stage de trois mois, Napoléon Bonaparte sert comme officier au poste de garde  de la place des Ormeaux.

Le 12 août 1786, Napoléon part avec tout son bataillon pour Lyon, où vient d'éclater une grève de canuts. Il y arrive le 15, jour de ses dix-sept ans. Dans la capitale des Gaules, il propose à l'Académie locale un mémoire sur le sujet suivant, soumis à concours : Quels sont les sentiments que l'on doit le plus recommander, afin de rendre l'homme heureux ?

Le 30 août, il revient à Valence, qu'il quitte le 1er septembre, l'obtention d'un premier congé lui permettant de rentrer en Corse.

Séjours et passages ultérieurs à Valence

Napoléon Bonaparte va par la suite repasser par Valence, soit pour de courts séjours, soit à l'occasion de déplacements en Provence, en Corse ou en Italie. En voici les dates :

  1. Entre le 15 et le 30 septembre 1787, il repasse à Valence en allant à Paris.
  2. Entre le 5 et le 25 décembre 1787, en route vers Ajaccio pour son second séjour, il loge chez Mlle Bou.
  3. Fin mai 1788, il repasse à Valence pour rejoindre son régiment parti à Auxonne.
  4. Entre le 11 et le 20 septembre 1789 en route pour la Corse pour son troisième séjour et son second congé de semestre, il rend visite à Mme du Colombier et à l'abbé de Tardivon.
  5. Du 6 au 8 février 1791, de retour de Corse, il séjourne à Valence en route pour Auxonne avec son frère Louis. Il part à pied pour Serves et Saint Vallier d'où il écrit à son oncle Joseph Fesch, puis griffonne des "Réflexions sur l'amour".
  6. Le 16 juin 1791, nommé en qualité de lieutenant en premier au 4e d'artillerie de Valence, Napoléon entre en garnison avec son frère Louis.
    Le 17 juillet, une mendiante, à qui il vient de faire l'aumône à la sortie de la messe en l'église Saint-Jean-Baptiste , lui prédit une couronne.
    Durant ce séjour, il se lie d'amitié avec Jean-Pierre Bachasson de Montalivet (futur maire de Valence, préfet, comte d'Empire et ministre de l'Intérieur), dont la famille possède un hôtel particulier à Valence  et un château à Montmeyran .
    Ses convictions républicaines l'amènent par ailleurs à tenir le rôle de secrétaire de la Société des Amis de la Constitution, qui se réunit dans l'ancienne chapelle Saint Ruf  , rue Saint-James.
    Napoléon repart de Valence le 31 août pour son quatrième séjour en Corse.
  7. Entre le 15 et le 23 mai 1792, de retour de Corse, il traverse à nouveau Valence pour rejoindre Paris où il arrivera le 28.
  8. Le 12 ou le 13 septembre 1792, descendant le Rhône avec sa soeur Elisa, il fait escale à Valence en route pour son cinquième séjour dans l'Île de Beauté. Il rencontre Mme Mésangère et Mlle Bou.
  9. Du 7 au 9 juillet 1793, il rejoint le général Jean-François Carteaux à Valence pour organiser un convoi de poudre.
  10. Il traverse Valence le 23 août 1793, venant d'Avignon et en route pour Auxonne qu'il atteindra le 28 août.
  11. Le 3 septembre 1793, le capitaine Bonaparte passe à Valence en bateau ayant obtenu du général Carteaux le commandement de l'artillerie du siège de Toulon.
  12. Du 11 au 14 mai 1795, de retour d'Italie accompagné de son aide de camp Jean-Andoche Junot, il loge chez Mme de Sucy au 25 ou 29 rue Farnerie.
  13. Le 18 mars 1796, il traverse Valence en route pour Toulon puis l'Italie où il va brillamment s'illustrer.
  14. Le 7 mai 1798, en partance pour Toulon et l'Egypte, il descend le Rhône et passe à Valence.
  15. Le 12 octobre 1799, de retour de l'expédition d'Egypte, il rencontre Mlle Bou et les Valentinois.
  16. Son dernier passage date du 24 avril 1814 lorsqu'en route pour l'exil à l'Ile d'Elbe , il traverse la ville escorté par les troupes autrichiennes et y rencontre le maréchal Augereau.

*  *  *

Une statue en bronze, grandeur nature, représentant le jeune lieutenant Bonaparte en train de lire  , oeuvre du sculpteur Jean-Paul Ravit, a été inaugurée en septembre 2010 sur la Place Porte-Neuve. Il s'agit de la première statue de Napoléon Bonaparte réalisée depuis cent-cinquante ans !

*  *  *

A l'angle de la Grande Rue et de la Rue du Lieutenant Bonaparte, c'est une fresque murale  qui représente notre jeune officier en conversation en juillet 1791 sur les bords du Rhône avec Simon de Sucy et ses amies valentinoises Amélie de Laurencin, Adélaïde de Saint-Germain et Caroline du Colombier, en présence du jeune Louis Bonaparte. Elle surplombe une fontaine , qui rappelle elle aussi les séjours à Valence du futur Empereur.

Crédit photos

 Photos par Lionel A. Bouchon.
 Photos par Didier Grau.
 Photos par Michèle Grau-Ghelardi.
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Faits historiques > Napoléon Bonaparte à Valence
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-06-03 11:01:54.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade
Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page