Napoleon & Empire

François de Barbé-Marbois (1745-1837)

Comte de l'Empire

Blason de François de Barbé-Marbois (1745-1837)

Barbé-Marbois, né à Metz le 31 janvier 1745, effectue sous l'Ancien Régime une carrière de diplomate qui le mène en Allemagne puis aux États-Unis durant la guerre d'Indépendance. En 1785, il est nommé intendant à Saint-Domingue. Rentré en France au début de la Révolution, il réintègre les services diplomatiques puis se retire à Metz durant la Terreur, qu'il traverse sans être inquiété.

En 1795, sa ville natale, dont il est maire depuis peu, l'envoie siéger au Conseil des Anciens. La réputation de royaliste qui l'y a précédée (consolidée par la découverte de documents compromettants chez un agent de l'émigration) puis ses nettes prises de position antigouvernementale lors de la lutte entre le Directoire et la fraction royaliste des assemblées, le font comprendre dans la liste des proscrits après le coup d'État du 18 fructidor an V. Il est déporté à Cayenne, en Guyane.

Charles-François Lebrun, dont il est ami intime, fait rentrer Barbé-Marbois en France après le 18 brumaire et obtient de Napoléon Bonaparte sa nomination au conseil d'État. L'expérience administrative, l'intégrité et les appuis du nouveau conseiller en font un directeur du Trésor en février 1801, en septembre un ministre.

A ce poste, il préside à la création du franc-germinal en mars 1803 et à la vente de la Louisiane aux États-Unis en mai suivant.

Une brutale crise boursière, au début de l'Empire, lui coûte son poste en mettant en lumière les limites de ses compétences financières et politiques. N'a-t-il pas l'idée dangereuse de lutter contre la panique et l'affolement du public en faisant intervenir la force armée ? Napoléon le congédie en janvier 1806 avec des mots très durs.

Cela n'empêche cependant pas Barbé-Marbois, au moment de la création de la Cour des comptes (16 septembre 1807), d'en être nommé premier président. Durant les années suivantes, l'adulation ostentatoire qu'il manifeste pour l'Empereur lui vaut un fauteuil de sénateur et le titre de comte.

Il n'en abandonne pas moins sans hésiter la cause impériale quand les mauvais jours arrivent. Après avoir été membre de la commission du Sénat qui prépare le décret de déchéance de Napoléon et la formation d'un gouvernement provisoire, il propose à la Cour des comptes d'émettre un avis en faveur du rétablissement des Bourbons puis se porte à la rencontre de Louis XVIII, à la tête de ses collègues.

La récompense arrive sous la forme de deux nominations : à la chambre des pairs et comme membre de la commission chargée de rédiger la charte constitutionnelle.

Chassé de Paris sur ordre de Napoléon lors des Cent-jours, il reprend la présidence de la Cour des comptes après la seconde Restauration et la conserve jusqu'en 1834. Il effectue encore un court passage au ministère de la justice de septembre 1815 à mai 1816 puis se contente, jusqu'à sa mort, de siéger à la Chambre des pairs.

Il s'éteint le 12 (ou le 14 selon les sources) janvier 1837 dans son hôtel parisien du 1 Place de la Madeleine, et est enterré  dans le cimetière de Noyers (Eure), village où il possédait un château .

*  *  *
Quelques mots échangés lors de l'entrevue de janvier 1806 donnent une idée de la violence avec laquelle Napoléon pouvait traiter un collaborateur qui l'avait déçu :
  — J'ose espérer que Votre Majesté ne m'accusera pas d'être un voleur.
  — Je le préférerais cent fois. Au moins la friponnerie a des bornes, la bêtise n'en a point.



*  *  *

Napoléon gardait rancune à Barbé-Marbois de son attitude d'avril 1814. « Je suis indigné, dit-il un jour, contre un homme qui, tenant tout de moi, a témoigné un empressement d'ingratitude que la nécessité ne justifiait point. »

*  *  *

Les Postes américaines (United States Postal Service) ont émis en 1953 un timbre de 3 cents commémorant le cent-cinquantième anniversaire de l'achat de la Louisiane ; François de Barbé-Marbois y figure aux côtés des négociateurs américains James Monroe et Robert Livingston.

Adresse

87, Rue de Grenelle. Paris VIIème arrondissement 

L'almanach Impérial de 1811 indique que le comte de Barbé-Marbois demeure à cette adresse.

Portrait en médaillon

"Le comte François de Barbé-Marbois", par Jean-Pierre Franque (Buis-les-Baronnies 1774 - Quintigny 1860).
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > François de Barbé-Marbois
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page