Napoleon & Empire

Jean-Baptiste Jules Bernadotte (1763-1844)

Prince de Pontecorvo

Blason de Jean-Baptiste Jules Bernadotte (1763-1844)

Jean-Baptiste Jules Bernadotte vient au monde le 26 janvier 1763 à Pau, en Béarn (sa maison natale est sise au 5 de l'actuelle rue Bernadotte  et sur l'arrière au 8 de la rue Tran ).

Son père, procureur au sénéchal, veut faire de lui un homme de loi, mais après son décès en 1780 le jeune Jean-Baptiste choisit d'embrasser la carrière des armes.

Le sergent "Belle-Jambe", c'est son surnom, n'est encore que sous-officier en 1790 mais déjà général de brigade en juin 1794 et général de division en octobre de la même année. Après avoir servi à l'armée du Rhin, il passe sous le commandement de Napoléon Bonaparte à l'armée d'Italie en 1797. Bonaparte l'accueille avec beaucoup d'égard et le charge en août de porter au Directoire des drapeaux pris à l'ennemi. La lettre qui l'accompagne est très élogieuse. On est à la veille du coup d'Etat du 18 fructidor an V. Tandis que Charles Augereau, parti quelques jours plus tôt, en assure la réalisation matérielle, Bernadotte est pour sa part chargé d'assurer la liaison entre ses auteurs et Bonaparte.

Les contacts qu'il noue à cette occasion lui permettent de quitter une situation qu'il considère comme subalterne à l'armée d'Italie. Il exerce d'abord ses talents comme ambassadeur à Vienne (Autriche) de février à avril 1798. Sa mission tourne court lorsque sa maladresse donne au gouvernement autrichien l'occasion d'organiser une manifestation populaire contre l'ambassade française. Il se console avec le commandement en chef de l'armée d'observation du Bas-Rhin. Mais celle-ci est bientôt incorporée dans un ensemble plus vaste et Bernadotte se retrouve subordonné au général Masséna.

Privé de son commandement suite à un grave échec, Bernadotte en impute la faute au gouvernement, se fait accusateur et est nommé... ministre de la Guerre. Il se maintient à ce poste de juillet à septembre 1799 et profite de sa position pour essayer de mettre fin à l'Expédition d'Égypte. Paul Barras et Charles Maurice de Talleyrand-Périgord l'en empêchent. On tient alors Bernadotte pour jacobin et Emmanuel Siéyès, devenu Directeur, s'empresse d'accepter une démission que Bernadotte ne lui a jamais présentée. Le soupçonneux abbé craint en effet que ce général ne réalise pour le compte des néo-jacobins le coup d'Etat qu'il médite lui-même.

Malgré la neutralité envieuse qu'il garde face au coup d'Etat du 18 Brumaire, Bernadotte conserve les bonnes grâces apparentes du Premier Consul Napoléon Bonaparte dont il a épousé le 17 août 1798 l'ancienne fiancée, Désirée Clary, soeur de la femme de Joseph Bonaparte. L'année suivante naîtra de cette union un fils, Oscar, qui sera leur unique enfant. Bernadotte est nommé Conseiller d'Etat et reçoit le commandement de l'armée de l'Ouest.

A sa tête, il est compromis dans la conspiration des "Pots de beurre", dont son chef d'état-major, le général Simon, est la cheville ouvrière. Bernadotte est à nouveau privé de commandement à l'automne 1802. Il accepte alors le poste d'ambassadeur aux Etats-Unis mais ne peut s'y rendre, son bateau ayant tardé jusqu'après la rupture de la paix d'Amiens. Napoléon le nomme cependant Maréchal en 1804, prince de Pontecorvo en 1806.

Les années suivantes n'ajoutent rien à sa gloire. Sa participation aux opérations militaires est le plus souvent sans relief, parfois piteuse. Bernadotte est bien à Austerlitz mais ne s'y illustre pas ; il laisse Davout se mesurer seul au gros de l'armée prussienne à Auerstaedt et échappe de peu au Conseil de guerre pour cette faute ; il compromet par son inertie la manoeuvre de Pultusk ; il est en retard à Eylau ; les Saxons qu'il commande se débandent à Wagram. La patience de Napoléon s'épuise à cette dernière péripétie et il retire ses troupes à Bernadotte. Celui-ci ne commandera plus dans l'Empire que l'armée de l'Escaut, d'août à septembre 1809.

Il est sur le point de rejoindre Rome dont il vient d'être nommé gouverneur général quand arrive la nouvelle que les états généraux d'Örebro l'ont élu, le 21 août 1810, prince héréditaire de Suède et successeur du roi Charles XIII, sans enfant, de préférence au roi de Danemark. Le candidat recalé étant l'un des plus fidèles alliés de l'Empereur des Français, les Suédois espèrent, en choisissant un de ses maréchaux, éviter ses foudres. Napoléon, surpris et peu satisfait, autorise cependant Bernadotte à revêtir cette nouvelle dignité, espérant pouvoir en tirer parti à l'occasion. La suite ne lui donnera pas raison.

En 1813, voyant la puissance de l'Empereur vaciller, Bernadotte rejoint avec 30 000 hommes la coalition formée contre la France. La direction générale des opérations militaires lui est confiée, ce qui fait de lui le commandant en chef des alliés. Par malheur, il commence alors à manifester, en s'inspirant des méthodes napoléoniennes, un talent militaire qui n'avait guère brillé jusque là. Il bat Nicolas Charles Oudinot à Gross Beeren (23 août), puis Michel Ney à Dennewitz (6 septembre), et prend une part prépondérante à la bataille de Leipzig.

L'année suivante, il s'abstient d'entrer en France avec les alliés, afin de préserver ses chances de remplacer l'Empereur sur le trône, projet dont il s'est ouvert à un aide de camp français du Tsar. Il semble qu'Alexandre 1er ait été favorable à cette combinaison, qui aurait libéré la couronne de Norvège pour un sien neveu. Madame de Staël, elle, l'appuie de tout son poids. Mais Talleyrand a d'autres projets... Bernadotte reçoit cependant la Norvège pour prix de ses services.

En 1818, il devient roi de Suède et de Norvège sous le nom de Charles XIV Jean et règne paisiblement pendant vingt-six ans.

Le roi Charles XIV Jean, par Fredric Westin
Le roi Charles XIV Jean, par Fredric Westin (1782-1862)

Il succombe à une apoplexie le 8 mars 1844 au palais royal de Stockholm  et est inhumé  dans l'église Riddarholskyrkan (ou Riddarholmen)  de Stockholm.

*  *  *
Il est rapporté que, durant son règne, Charles XIV Jean ne se laissa pas examiner torse nu par ses médecins, et qu'on eut l'explication lors de sa toilette funéraire : cet ancien soldat de la République portait sur la poitrine (ou au bras gauche selon les sources) un tatouage proclamant, au milieu d'autres symboles jacobins, « Mort aux rois ! »

*  *  *

Le nom de Bernadotte est inscrit sur la 3e colonne (pilier Nord) de l'arc de triomphe de l'Étoile  et une statue équestre en bronze honore le monarque qu'il devint, aussi bien à Stockholm  qu'à Oslo .

*  *  *

Franc-maçonnerie : Le maréchal Bernadotte, peut-être initié en France vers 1785-1786 à "La Tendre Fraternité", ou bien par une loge militaire, devint Grand Maître de la franc-maçonnerie suédoise en 1811, un an après son élection au titre de Prince héritier du trône.

*  *  *

Philatélie : Les Postes du Royaume de Suède ont émis en 1999 un timbre "tarif intérieur"  à l'effigie du roi Charles XIV Jean.

*  *  *

Billetophilie : La Banque de Suède a émis en 1976 un billet de 1000 Couronnes  à l'effigie du roi Charles XIV Jean.

Carrière militaire détaillée

établie par M. Eric Le Maître (voir son site web), mise en ligne avec son aimable autorisation.


Blessures au combat

Par une balle à la tête sur la Passarge, le 4 mars 1807.
Par une balle à la gorge à Spauden, le 5 juin 1807.


Captivité

Aucune.


Premier engagement

Comme simple soldat au régiment de Brassac, le 3 septembre 1780.


Évolution de carrière

Caporal, le 16 juin 1785.
Fourrier, le 21 juin 1786.
Sergent-major, le 11 mai 1788.
Adjudant sous-officier, le 7 février 1790.
Lieutenant, le 6 novembre 1791.
Adjudant-major, le 30 novembre 1792.
Chef de bataillon, le 13 février 1794.
Chef de brigade, le 4 avril 1794.
Général de brigade, le 29 juin 1794.
Général de division, le 22 octobre 1794.
Maréchal de l'Empire, le 19 mai 1804.
Prince héréditaire de Suède, le 21 août 1810.
Adopté par le roi de Suède sous le nom de Charles-Jean, le 5 novembre 1810.
Roi de Suède et de Norvège, le 5 février 1818.


États de service

Soldat au régiment de Brassac, le 3 septembre 1780.
En congé de convalescence à Pau, entre 1782 et 1784.
Au régiment de Royal-Marine, le 11 mai 1788.
Au 36e régiment d'infanterie, le 6 novembre 1791.
A L'armée du Rhin, entre 1792 et 1794.
A l'armée du Nord, en 1794.
Chef de brigade de la 71e demi-brigade, le 4 avril 1794.
Général de division A l'armée de Sambre-et-Meuse, le 22 octobre 1794.
Envoyé en Italie sous Bonaparte, commandant la 4e division de l'armée d'Italie, le 4 janvier 1797.
Commandant la 3e division de l'armée d'Italie, le 14 juin 1797.
Ambassadeur de France à Vienne, entre février et avril 1798.
Commandant la 5e division militaire, le 13 mai 1798.
Commandant la 2e division de l'armée de Mayence, le 20 octobre 1798.
Commandant la 4e division de l'armée de Mayence, le 9 janvier 1799.
Commandant en chef l'armée d'observation du Bas-Rhin, le 5 février 1799.
Destitué pour avoir quitté son armée et avoir accusé les Directeurs d'être responsables des défaites, le 10 avril 1799.
Ministre de la Guerre, du 3 juillet 1799 au 14 septembre 1799.
Démissionne et est mis en réforme, le 16 septembre 1799.
Refuse de prendre part au 18 brumaire.
Conseiller d'Etat, le 24 janvier 1800.
Commandant en chef de l'armée de l'Ouest, le 18 avril 1800.
En congé à Paris, le 10 octobre 1800.
Reprend son commandement, du 5 mai à la mi-novembre 1801.
Disponible, le 23 septembre 1802.
Nommé ambassadeur aux Etats-Unis, mais il ne peut rejoindre son poste, 1803.
Gouverneur du Hanovre, le 14 mai 1804.
A la Grande Armée, campagne de 1805 : Commandant le 1er corps, le 30 août 1805.
Commandant les 1er et 5e corps en Allemagne, du 14 février au 26 septembre 1806.
Sert en Prusse et en Pologne en 1807.
Forcé de quitter le commandement du 1er corps pour cause de blessure, le 10 juin 1807.
Gouverneur des villes hanséatiques, le 14 juillet 1807.
Commandant l'armée saxonne, le 7 mars 1809, devenue 9e corps de la Grande Armée, le 8 avril 1809.
Quitte son commandement, le 9 juillet 1809.
Se retire à Paris pour cause de son échec à Wagram, le 30 juillet 1809.
Commandant de l'armée réunie sur l'Escaut, le 12 août 1809.
Cesse ses fonctions par décision de Napoléon Ier, le 24 septembre 1809.
Élu prince héréditaire de Suède par les Etats Généraux d'Örebro, le 21 août 1810.
Adopté par le roi de Suède sous le nom de Charles-Jean, le 5 novembre 1810.
S'engage dans la 6e coalition contre la France, en juillet 1813.
Commandant l'armée du Nord en Allemagne, août 1813.
Refuse d'entrer en 1815 dans la nouvelle coalition contre la France.
Roi de Suède et de Norvège, le 5 février 1818.

Adresse

Château de la Grange-La Prévôté. 77176 Savigny-le-Temple 

Propriété jusqu'en 1813 de Jean-Baptiste Jules Bernadotte et de son épouse Désirée Clary.

Portrait en médaillon

"Le maréchal Bernadotte" peint en 1805 par Johann Jacob de Lose (1755-1813).

Autres portraits

Jean-Baptiste Jules Bernadotte (1763-1844)
Agrandir
"Jean-Baptiste Bernadotte en uniforme de lieutenant au 36e régiment de ligue en 1792", peint en 1834 par Louis-Félix Amiel (Castelnaudary 1802 - Joinville le Pont 1864).
Jean-Baptiste Jules Bernadotte (1763-1844)
Agrandir
"Le maréchal Bernadotte, Prince de Ponte-Corvo" par François Pascal Simon Gérard, ca. 1811.
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Jean-Baptiste Bernadotte
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page