N & E
Napoléon & Empire

Marie François Xavier Bichat (1771-1802)

Marie François Xavier Bichat voit le jour le 14 novembre 1771 à Thoirette-en-Bresse, en pays jurassien. Son père, Jean-Baptiste, est l'un des premiers titulaires du double doctorat de Médecine et de Chirurgie institué par la Faculté de Médecine de Montpellier.

Le jeune Xavier commence à étudier la Médecine à l'Hôtel-Dieu de Lyon, mais en 1792 il est est incorporé en tant que conscrit comme chirurgien de troisième classe dans le service des ambulances des armées, puis attaché à l'hôpital militaire de Bourg où il forme son instruction pratique.

Il vient à Paris en 1793 avec une recommandation pour le Docteur Pierre Joseph Desault, éminent chirurgien, créateur à l'Hôtel-Dieu de la première grande école de chirurgie en France. Bichat devient l'un de ses plus fidèles auditeurs et a l'honneur d'être associé à ses travaux.

Xavier Bichat commence à enseigner dès 1797, et est nommé médecin de l'Hôtel-Dieu en 1800, aux débuts du Consulat.

Sa carrière, entamée précocément, impressionne aussi par sa fulgurance : à ses fonctions de clinicien et d'enseignant, s'ajoutent en effet celles de chercheur et d'auteur qui vont faire de ce jeune homme le père de l'histologie et la physiologie modernes. En quelques mois, il publie pas moins de quatre ouvrages fondamentaux, soit autant de chefs-d'oeuvre par la nouveauté de l'accent et des idées, et les perspectives infinies qu'ils font découvrir : un Traité des membranes en 1800, des Recherches physiologiques sur la vie et la mort la même année, une Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine en quatre volumes en 1801 et une Anatomie descriptive en cinq volumes, à partir de 1801.

Hélas, cette précocité et cette fulgurance de carrière n'auront d'égale que sa brièveté : une violente chute dans l'escalier de l'Hôtel-Dieu le 7 juillet 1802, alors qu'il est atteint de fièvre typhoïde, lui est fatale en quelques jours : il décède le 22, dans sa maison de la rue Chanoinesse. Xavier Bichat est enterré au cimetière de Sainte-Catherine, puis sa dépouille est transférée dans la 8ème division du cimetière parisien du Père Lachaise , cimetière encore à l'état de projet à son décès.

Le respect qu'inspirent les travaux de Xavier Bichat à ses pairs est superbement exprimé dans l'hommage que lui rend Jean-Nicolas Corvisart à sa mort, dans une lettre à Napoléon 1er : « Personne en si peu de temps n'a fait autant de choses et si bien ».


Les Postes de la République Française ont émis en 1959 un timbre de 30 F + 10 F  à l'effigie de Xavier Bichat.


Un ensemble hospitalo-universitaire parisien porte le nom de Xavier Bichat. De ce fait, la plus ancienne organisation française de formation médicale continue, fondée en 1947 par deux professeurs de Médecine, chefs de service dans cet hôpital, porte de nom d'Entretiens de Bichat.

Adresse

14, Rue Chanoinesse. Paris IVème arrondissement 

C'est ici que Xaver Bichat habite au moment de sa mort en 1802.

Portrait en médaillon

"Marie François Xavier Bichat, médecin et anatomiste, près du buste à l'antique du chirurgien anatomiste De Sault" par Pierre Maximilien Delafontaine (Paris 1777 - Paris 1860).

Autres portraits

Marie François Xavier Bichat (1771-1802)
Agrandir
"Xavier Bichat". Ecole française du XIXème siècle.
Marie François Xavier Bichat (1771-1802)
Agrandir
"Xavier Bichat". Gravure du XIXème siècle.
Marie François Xavier Bichat (1771-1802)
Agrandir
"Marie François Xavier Bichat, médecin" par Louise Adélaïde Desnos née Robin (Paris 1807 - Paris 1878)
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire >