Napoleon & Empire

Joseph Bonaparte (1768-1844)

Roi de Naples, puis d'Espagne

Blason de Joseph Bonaparte (1768-1844)

Joseph Bonaparte, frère aîné de Napoléon, vient au monde le 7 janvier 1768 dans la maison familiale  de Corte , en Corse, fils de Charles Bonaparte et de Letizia Ramolino.

Bénéficiaire d'une des bourses obtenues de Louis XVI par son père, il est envoyé en France métropolitaine pour y suivre ses études. On compte alors l'orienter vers l'état ecclésiastique afin de complaire à Monseigneur de Marboeuf, frère du protecteur de Charles Bonaparte et grand dispensateur de bénéfices.

La mort de son père en 1785 puis la révolution changent le cours de son destin. Après avoir songé à se consacrer au barreau, il devient commis d'intendance militaire et épouse le 1er août 1794, à Cuges-les-Pins, la fille d'un riche négociant marseillais, Marie-Julie Clary. Le couple aura trois filles : Julie (morte au berceau) puis Zénaïde et Charlotte.

A partir de 1796, c'est l'influence de son frère qui gouverne sa carrière. Il devient secrétaire du représentant en mission Antoine Christophe Salicetti puis commissaire des guerres à l'armée d'Italie, député de Corse au Conseil des Cinq-Cents (23 germinal an V), et ambassadeur à Rome (1797).

Sa politique, à ce poste, consiste en un soutien discret des républicains romains dont le rêve est de secouer le joug papal. La réaction des autorités vaticanes aboutit aux désordres durant lesquels est tué le général Léonard Duphot, alors fiancé à la belle-soeur de Joseph, Désirée Clary (28 décembre 1797). L'ambassadeur lui-même doit quitter la ville en secret pour éviter de subir le même sort que son attaché militaire.

Après Brumaire, Joseph Bonaparte entre au Corps Législatif et au Conseil d'Etat. Ses qualités personnelles - il est calme, pondéré, méthodique - en faisant un excellent négociateur, son frère lui confie durant les premières années du Consulat des tâches essentiellement diplomatiques. Ainsi, Joseph, après avoir été le principal artisan du traité de commerce signé en 1800 avec les Etat-Unis, dans sa propriété de Mortefontaine , joue également un rôle de premier plan dans la signature des traités de Lunéville (1801) avec l'Autriche et d'Amiens avec l'Angleterre (1802).

Sénateur en 1802 en tant que membre du Grand conseil de la Légion d'honneur, Joseph Bonaparte devient prince français à l'avénement de Napoléon Ier puis Grand Electeur en 1805. Cette même année, il est investi du gouvernement de l'Empire pendant la campagne d'Allemagne et l'exerce avec une telle douceur que l'Empereur, à son retour, lui reproche sa « démagogie ». Joseph ne s'en voit pas moins peu après proposer la couronne d'Italie. A la grande surprise de son frère, il pose pour l'accepter des conditions qui équivalent dans l'esprit de Napoléon à un refus.

Un an plus tard, plus conciliant, Joseph coiffe celle de Naples  (30 mars 1806). Bien que l'équipe dont il s'entoure soit d'une grande compétence (Christophe Salicetti, André-François Miot de Mélito, Pierre-Louis Roederer...), Joseph encourt à nouveau les reproches de Napoléon pour le manque de vigueur de son gouvernement et son excessive bonté. Il n'en mène pas moins quelques utiles réformes.

En avril 1808, Joseph est appelé à remplacer Charles IV et Ferdinand VII sur le trône d'Espagne. C'est sans enthousiasme qu'il obéit aux volontés de son frère et se dessaisit de son royaume italien au profit de Joachim Murat. Ses nouveaux sujets ne se montrent pas aussi obéissants. Ils ne veulent pas de lui et ni son aménité ni les mesures de modernisation du pays (suppression de l'Inquisition) ne peuvent les amener à changer d'avis.

Chassé à plusieurs reprises de sa capitale, il n'y rentre à chaque fois qu'entouré de soldats français. Il doit finalement quitter définitivement Madrid et l'Espagne après la perte de la bataille de Vitoria (21 juin 1813).

Au début de l'année suivante, le 28 janvier 1814, Napoléon nomme son aîné lieutenant général de l'Empire. Chargé de défendre la capitale, Joseph, faute de moyen pour ce faire, abandonne Paris le 30 mars avec le conseil de Régence, non sans avoir autorisé le maréchal Marmont à signer un « cessez-le-feu ».

Les Cent-jours le tirent de son exil suisse. A la reprise des hostilités, Napoléon le charge de la présidence du conseil des ministres pendant son absence. Après Waterloo, Joseph s'enfuit aux Etats-Unis en emportant une fortune évaluée à vingt millions de francs.

Joseph Bonaparte s'y installe, d'abord à New York et Philadelphie, où sa maison devient un point de ralliement pour les Français expatriés, puis dans une propriété du nom de Point Breeze à Bordentown, dans le New Jersey ; il y séjourne jusqu'en 1832 sous le nom de Comte de Survilliers, recevant de nombreux intellectuels et politiciens.

Au nom des droits de son neveu Napoléon II, Joseph proteste contre l'avénement de Louis-Philippe Ier après la révolution de 1830. Deux ans plus tard, il s'établit à Londres puis, après un nouveau séjour aux Etats-Unis en 1837-1839, il rentre définitivement en Europe à la mort de sa fille Charlotte. En 1844, il se fixe à Florence où il meurt le 28 juillet suivant.

*  *  *
La tombe de Joseph Bonaparte se trouve aux Invalides , dans une nef latérale au-dessus de la crypte où reposent l'Empereur et le Roi de Rome.
*  *  *

Franc-maçonnerie : Joseph Bonaparte, qui avait été initié le 8 octobre 1793 à la loge "La Parfaite Sincérité" de Marseille, devint à la promulgation de l'Empire grand maître du Grand Orient de France.

Portrait en médaillon

"Joseph Bonaparte", par Joseph-Bernard Flaugier (Martigues 1757 - Barcelone 1813).

Autres portraits

Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Joseph Bonaparte", par Luigi Toro (Caserta 1836 - ? 1900).
Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Joseph Bonaparte, roi d'Espagne", par François Pascal Simon Gérard (Rome 1770 - Paris 1837).
Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Joseph Bonaparte", peint en 1800 par Jean Baptiste Joseph Wicar (Lille 1762 - Rome 1834).
Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Le Roi Joseph à Pointe Breeze", par Innocent Louis Goubaud (1780-1847).
Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Joseph Bonaparte", lithographie du XIXème siècle.
Joseph Bonaparte (1768-1844)
Agrandir
"Le comte de Survilliers", peint vers 1824 par Charles Willson-Peale (Chester, MD 1741 - Philadelphie, PA 1827)
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Joseph Bonaparte
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page