Napoleon & Empire

Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)

Grand cordon de la Légion d'Honneur, Ordre de Saint-Hubert de Bavière

Blason de Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)

Fils de chirurgien, Jean-Baptiste Jourdan voit le jour le 29 avril 1762 à Limoges. Il est commis en soieries quand il s'engage, en 1778, pour aller se battre en Amérique (1779-1781). Revenu en France, réformé en 1784, il s'établit mercier dans sa ville natale.

Capitaine de la garde nationale locale, il part à l'armée du Nord après avoir été élu lieutenant-colonel des volontaires de la Haute-Vienne. Il combat à Jemmapes (6 novembre 1792) et Neerwinden (18 mars 1793) et devient général de brigade le 27 mai 1793 puis de division le 30 juillet suivant.

Il obtient d'abord une série d'éclatants succès dont les deux principaux sont Wattignies (15-16 octobre 1793) — bataille que Napoléon considérait comme la principale de la Révolution — et Fleurus (26 juin 1794). Mais il subit ensuite des échecs de plus en plus fréquents qui culminent en 1796 avec la défaite de Warzburg (3 septembre) subie face aux Autrichiens de l'archiduc Charles. La perte de cette bataille force les armées françaises à évacuer la rive gauche du Rhin. Tout en rejetant la responsabilité de la déroute sur le Directoire, incapable, selon Jourdan, de lui fournir les moyens d'action nécessaires, il démissionne et retourne à sa mercerie.

Quelques mois plus tard (avril 1797), les électeurs, peu rancuniers, envoient Jourdan siéger au Conseil des Cinq-Cents. Il y fait adopter une loi sur la conscription (5 septembre 1798). Les principes qu'elle pose régiront le service militaire durant près de deux siècles.

De retour aux armées en 1798, Jean-Baptiste Jourdan commande successivement celles de Mayence, du Danube, d'Helvétie, mais il est de nouveau battu, à Stockach, le 25 mars 1799, et reprend sa place parmi les Cinq-Cents. Il y devient l'un des chefs des néo-jacobins et s'oppose, sans vigueur, au coup d'État du 18 Brumaire.

Cela suffit pour le faire rayer, avec soixante autres, de la représentation nationale. Menacé de déportation, il obtient l'intervention du général Lefebvre qui lui épargne cette épreuve. Napoléon Bonaparte le fait même inspecteur général de l'infanterie et de la cavalerie, espérant voir se rallier à lui ce "général démocrate".

Ses voeux comblés de ce côté là, le Premier consul Napoléon Bonaparte d'abord, l'Empereur Napoléon 1er ensuite, ne lui marchandent pas les honneurs, tout en le tenant à l'écart des commandements importants — leur confiance en ses capacités militaires étant limitée.

Administrateur du Piémont, conseiller d'État en 1802, maréchal en 1804, gouverneur de Naples  en 1806, chef d'état-major de Joseph Bonaparte à Naples puis en Espagne, Jean-Baptiste Jourdan livre dans ce pays ses derniers combats. Pris comme bouc-émissaire par les autres généraux pour les défaites de Talavera (28 juillet 1809) et Vitoria (21 juin 1813), il est finalement mis à la retraite en août 1813.

Rallié aux Bourbons, il préside après les Cent-Jours le conseil de guerre qui se déclare incompétent pour juger le maréchal Ney.

Louis XVIII le fait comte et pair. Louis-Philippe Ier en fait un ministre des affaires étrangères pour dix jours, du 2 au 11 août 1830, le temps de donner une onction révolutionnaire à la monarchie de juillet naissante ; il le nomme enfin gouverneur des Invalides , fonction à laquelle il succède à Victor Marie Nicolas de Faÿ de la Tour-Maubourg.

Jean-Baptiste Jourdan meurt à ce poste le 23 novembre 1833, et est inhumé  dans la crypte des gouverneurs  de la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

*  *  *
Le nom de Jourdan est inscrit sur la 3e colonne (pilier Nord) de l'arc de triomphe de l'Étoile , tandis qu'une statue en pied du maréchal signée Charles Müller honore sa mémoire sur la façade Nord du Louvre, rue de Rivoli .

Carrière militaire détaillée

établie par M. Eric Le Maître (voir son site web), mise en ligne avec son aimable autorisation.



Blessures au combat

Par un biscaïen à la poitrine à Hondschoote, le 8 septembre 1793.


Captivité

Aucune.


Premier engagement

Soldat au dépôt des colonies à l'île de Ré, le 2 avril 1778.


Évolution de carrière

Capitaine, fin juillet 1789.
Lieutenant-colonel, le 9 octobre 1791.
Général de brigade, le 27 mai 1793.
Général de division, le 30 juillet 1793.
Maréchal de l'Empire, le 19 mai 1804.


États de service

Soldat au dépôt des colonies à l'île de Ré, le 2 avril 1778.
Au régiment d'Auxerrois, le 10 décembre 1778.
Fait campagne en Amérique, en 1779.
Rentre en France pour cause de maladie, le 1er janvier 1782.
Réintégré dans son régiment, le 12 novembre 1783.
Réformé, le 26 juillet 1784.
Chasseurs de la garde nationale de Limoges, fin juillet 1789.
Au 2e bataillon de volontaires de la Haute-Vienne, le 9 octobre 1791.
A l'armée du Nord, 1792-1793.
Commandant en chef de l'armée des Ardennes, le 11 septembre 1793.
Commandant en chef de l'armée du Nord, le 22 septembre 1793.
Destitué de ses fonctions, le 6 janvier 1794.
Commandant en chef de l'armée de la Moselle, le 10 mars 1794.
Commandant les armées de la Moselle, des Ardennes et la droite de l'armée du Nord, sous Pichegru, le 3 juin 1794.
Commandant l'armée réunie sur la Sambre, le 8 juin 1794.
Commandant l'armée de Sambre-et-Meuse, le 2 juillet 1794.
Nommé au commandement de l'armée du Nord, le 8 octobre 1796.
Elu député de la Haute-Vienne au Conseil des Cinq-Cents, le 12 avril 1797.
Fait voter la loi sur la conscription, le 5 septembre 1798.
Donne sa démission de député, le 13 octobre 1793.
Commandant en chef l'armée de Mayence, le 14 octobre 1798.
Commandant en chef de l'armée d'Helvétie, le 5 novembre 1798.
Commandant en chef les trois armées de Mayence (puis du Danube), d'Helvétie et d'Observation, le 2 mars 1799.
Quitte l'armée pour raison de santé, le 3 avril 1799.
Réélu député de la Haute-Vienne au Conseil des Cinq-Cents, le 13 avril 1799.
Inspecteur général d'infanterie à l'armée d'Italie, le 27 avril 1799.
Expulsé du Conseil au 19 Brumaire an VIII et menacé de déportation, le 10 novembre 1799.
Effacé de la liste des déportés, décembre 1799.
Inspecteur général d'infanterie et de cavalerie, le 21 janvier 1800.
Ambassadeur près la République Cisalpine, le 24 juillet 1800.
Administrateur général du Piémont, le 2 avril 1801.
Conseiller d'Etat, le 26 janvier 1804.
Général en chef de l'armée d'Italie, le 26 janvier 1804.
Gouverneur de Naples, le 17 mars 1806.
Nommé Chef d'état-major du roi Joseph, en 1806.
Chef d'état-major de l'armée d'Espagne, le 17 juillet 1808.
Prend également le commandement du 4e corps, du 10 janvier au 21 février 1809.
Autorisé à rentrer en France, le 24 septembre 1809.
Gouverneur de Madrid, le 8 juillet 1811.
Chef d'état-major du roi Joseph et commandant en chef l'armée du Centre en Espagne, le 28 octobre 1811.
Chef d'état-major général de l'armée d'Espagne, le 16 mars 1812.
Quitte son commandement, le 12 juillet 1813.
Mis à la retraite, le 7 août 1813.
Commandant supérieur des 14e et 15e divisions militaires à Rouen, le 30 janvier 1814.
Se rallie au gouvernement provisoire, le 17 avril 1814.
Gouverneur de la 15e division militaire, du 21 juin 1814 au 27 septembre 1815.
Pair de France aux Cent-Jours, le 2 juin 1815.
Gouverneur de Besançon et commandant supérieur de la 6e division militaire, le 4 juin 1815.
Général en chef de l'armée du Rhin, le 26 juin 1815.
Président du conseil de guerre devant juger Ney, le 1er septembre 1815.
Nommé comte par Louis XVIII, en 1816.
Gouverneur de la 7e division militaire à Grenoble, le 10 janvier 1816.
Pair de France, le 6 mars 1819.
Gouverneur des Invalides, le 11 août 1830.

Remerciements

Nous exprimons notre gratitude au général de division Christian Baptiste, directeur du Musée de l'Armée, qui nous a autorisés à accéder au caveau des Gouverneurs de la cathédrale Saint-Louis des Invalides, et à M. Mickaël Blasselle, qui nous a guidés pour cette visite en décembre 2011 et nous a fourni la photo de la tombe du maréchal.
La photo de la statue en pied de Jean-Baptiste Jourdan, rue de Rivoli à Paris, nous a quant à elle été grâcieusement fournie par M. Cyril Maillet (voir son blog).

Portrait en médaillon

"Jean-Baptiste Jourdan, lieutenant-colonel au 2e bataillon de la Haute-Vienne en 1792". Tableau commencé par Julie Volpelière (Marseille 1790 - Paris 1842) et terminé par Horace Vernet (Paris 1789 - Paris 1863).

Autres portraits

Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)
Agrandir
"Le maréchal Jourdan". Gravure du XIXème siècle.
Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)
Agrandir
"Le maréchal Jourdan". Ecole française du XIXème siècle.
Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)
Agrandir
"Le général Jourdan". Gravure du XIXème siècle.
Jean-Baptiste Jourdan (1762-1833)
Agrandir
"Jean-Baptiste, comte Jourdan, maréchal de France" par Eugène Charpentier (Paris 1811 - Paris 1890), d'après Joseph Marie Vien (Montpellier 1716 - Paris 1809).
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Jean-Baptiste Jourdan
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page