N & E
Napoléon & Empire

Pierre Riel de Beurnonville (1752-1821)

Comte de l'Empire

Blason de Pierre Riel de Beurnonville (1752-1821)

Fils de charron, né le 10 mai 1752 à Champignol-lez-Mondeville près de Bar-sur-Aube, Pierre Riel s'engage et sert aux Indes et à l'île Bourbon sous les ordres du bailli de Suffren. Lorsque débute la Révolution il est déjà colonel de la compagnie des Suisses du comte d'Artois, futur Charles X.

Aide de camp de Nicolas Luckner à l'armée du Rhin, il passe à celle du Nord et sert sous Charles-François Dumouriez, combattant en particulier à Valmy et Jemmapes. Le 4 février 1793, la Convention l'élit ministre de la Guerre, poste dont il démissionne cinq semaines plus tard. Il est aussitôt chargé, avec quatre commissaires de l'Assemblée de l'armée du Nord, de ramener Dumouriez dans le droit chemin, Dumouriez qui le livre aux Autrichiens.

Beurnonville n'est libéré que le 3 novembre 1795 lorsqu'il est échangé contre Madame Royale, la fille de Louis XVI. A son retour, il est de nouveau rattaché au ministère de la Guerre avant de prendre la tête de l'armée du Nord et des troupes de Batavie en mars 1796, puis de celle de Sambre-et-Meuse, alternant les deux commandements jusqu'à la fin 1798.

Ayant favorisé le coup d'Etat du 18 brumaire, il est envoyé par le Premier consul Napoléon Bonaparte à Berlin comme ministre plénipotentiaire chargé de négocier la paix avec la Russie. A son retour, Bonaparte le nomme ambassadeur de France en Espagne.

Fait grand chevalier de la Légion d'honneur, grand-croix de l'Ordre de la Réunion, sénateur, créé comte d'Empire, tous les honneurs possibles lui sont rendus... sauf un : le bâton de maréchal lui est refusé. Beurnonville en ressent une frustration d'autant plus grande qu'il est le seul général de la Révolution française à voir le bâton lui échapper !

Il rumine sa rancoeur et, membre du gouvernement provisoire le 3 avril 1814, il favorise le retour de Louis XVIII qui le nomme conseiller d'Etat le 26 avril, ministre le 13 mai, et pair de France le 22 juillet. Durant les Cent-jours, mis hors-la-loi par Napoléon, Beurnonville suit le roi dans son exil puis rentre avec lui.

Beurnonville cumule de nouveau les honneurs et les titres, mais le plus beau lui arrive le 3 juillet 1816. Ce jour là, il peut enfin caresser son fichu bâton de maréchal qu'il avait tant ambitionné. Maintenant, il peut mourir ; ce qu'il finit par faire, victime de la goutte, le 23 avril 1821 à Paris. Sa tombe  se trouve dans la 39ème division du cimetière du Père-Lachaise.

Franc-maçonnerie : Pierre Riel de Beurnonville fut dès 1780 Vénérable de la loge "l'Amitié" de Saint-Denis (île Bourbon, future île de la Réunion) ; en 1815 il devint Grand Maître Adjoint du Grand Orient de France.

Remerciements

Cette notice biographique (à l'exception du paragraphe sur la franc-maçonnerie) a été rédigée par Mme Marie-Christine Pénin (voir son site Tombes et Sépultures), et mise en ligne avec son aimable autorisation.

Portrait en médaillon

"Pierre Riel de Beurnonville en uniforme de général en chef de l'armée de la Moselle en 1792" par François Joseph Heim (1787-1865).

Autres portraits

Pierre Riel de Beurnonville (1752-1821)
Agrandir
"Pierre Riel de Beurnonville". Estampe en couleurs du XIXème siècle.