N & E
Napoléon & Empire

Jean-Baptiste Kléber (1753-1800)

Général

Jean-Baptiste Kléber (1753-1800) Agrandir

Jean-Baptiste Kléber voit le jour le 9 mars 1753 à Strasbourg, au 8, fossé des Tanneurs . Il est le fils de de Reine Bogart et de Jean-Nicolas Kléber, qui meurt prématurément, trois ans seulement après la naissance de l'enfant. Sa veuve se remarie avec Jean-Martin Burger, autre bourgeois de la ville. Le beau-père prend en charge l’éducation du garçonnet, qui fréquente l'école municipale sise rue du Vieux marché aux poissons [de nos jours au n° 7] .

Issu d’une famille catholique, Jean-Baptiste n’en poursuit pas moins ses études au gymnase Jean Sturm, établissement protestant mais ouvert à toutes les confessions.

Kléber connaît une première expérience militaire en 1769. À 16 ans à peine, il s’engage dans le régiment des hussards de Bercheny (qui deviendra le 1er régiment de hussards après la renumérotation opérée sous la Révolution). Son retour à la vie civile s’effectue moins d’un an plus tard. Le jeune homme reprend des études de dessin (1770-1771) puis travaille à Paris dans l’atelier de l’architecte Jean-François Chalgrin (1772-1774). Il acquiert dans la capitale, bien aidé par sa haute taille et sa prestance, des habitudes de vie dissipée, voire de débauche. Il conservera d’ailleurs toujours un goût prononcé pour les conquêtes féminines, se souciant, semble-t-il, plus de quantité que de qualité. Sur le moment, ces principes l’amènent à s’endetter. Ses parents lui coupent alors les vivres et le rappellent auprès d’eux.

En 1777, Kléber contracte un nouvel engagement, en l’occurrence dans l’armée bavaroise, comme cadet à l’académie militaire de Munich [München]. Il passe ensuite dans les rangs autrichiens (1er octobre 1777). Promu sous-lieutenant en avril 1779, il occupe toujours ce grade en 1783. Il renonce alors pour la seconde fois au métier de soldat, sa roture, son mauvais caractère et l’absence de conflit d’envergure ne lui offrant aucune perspective d’évolution rapide dans la carrière. Ses années de service ne lui font guère connaître que la vie de garnison, à Mons, Malines et Luxembourg. Elles sont brièvement interrompues en 1778-1779 par la guerre de succession de Bavière, appelée parfois guerre des pommes de terre, car le manque d’approvisionnements y occasionne plus de perte que les opérations.

Il reprend alors son métier d’architecte et obtient, grâce à son demi-frère François Martin Burger, le poste d’inspecteur des bâtiments publics à Belfort en octobre 1784, qu’il conserve, sous différentes appellations, jusqu’en 1792.

À ce titre, il dessine pour la ville de Thann les plans d’un hôpital , qui deviendra plus tard l’hôtel de ville. Le château de Grandvillars et la maison des chanoinesses de Masevaux sont également édifiés sous sa direction.

Dès les débuts de la Révolution française, Kléber s’en montre un ardent partisan. Il se contente toutefois, durant les premières années, de s’enthousiasmer avec ses amis pour les idées nouvelles sans quitter sa province. Lors de l’organisation des premiers bataillons de volontaires, il néglige de chercher à obtenir un commandement, malgré ses antécédents qui semblent le désigner pour ce rôle. Son manque de ressources — sa situation d’architecte des bâtiments publics dans le Haut-Rhin ne lui rapportant à peu près rien — le détermine finalement à postuler une place d’adjudant-major dans une de ces unités. Le général Georges-Félix de Wimpfen, sollicité par quelques amis de Kléber, la lui accorde. Intégré au 4e bataillon du Haut-Rhin dont le chef est octogénaire et auquel il a été recommandé, Kléber y exerce bientôt toute l’autorité, ce qui n’est pas sans provoquer quelques querelles avec le commandant en second. La carrière de Kléber est jalonnée de ces algarades liées à son tempérament volcanique et à la haute opinion qu’il a de lui-même.

Son bataillon est envoyé à Mayence [Mainz], où il fait partie du détachement laissé là par le général Adam-Philippe de Custine pour garder la place. Il sait s’y faire apprécier des représentants en mission : Jean-François Rewbel et Antoine Merlin, dit de Thionville. Il est promu adjudant-général durant le siège. Mais après la reddition de la garnison, le 23 juillet 1793, la Convention prescrit l’arrestation de tous ses chefs. Kléber est compris dans le lot avant que l’assemblée ne rapporte son décret et ne vote au contraire que l’armée a bien mérité de la patrie.

Peu après (17 août 1793), Kléber est nommé général de brigade et envoyé en Vendée avec les contingents défaits, les vaincus de Mayence ne pouvant plus, selon les termes de la capitulation, combattre sur la frontière. Entretemps, il a cependant témoigné courageusement à décharge devant le tribunal révolutionnaire au procès du général Custine, qui n’en sera pas moins condamné à mort.

Dans l’ouest, où il dirige l’avant-garde de l’armée de Mayence, Kléber ne reste qu’un peu plus de neuf mois. Il subit d’abord une défaite à la bataille de Torfou où il est blessé. Mais il remporte ensuite celle de Cholet (deuxième du nom, donnée le 17 octobre 1793). Il commande de fait en lieu et place de son général en chef, Jean Léchelle, d’une incompétence notoire. Les effectifs engagés au cours de cet affrontement sont les plus nombreux de tout le conflit. L’armée républicaine subit à nouveau une grave défaite, une semaine plus tard, à Entrammes. Kléber, qui porte une part de responsabilité dans cet échec, en raison de sa mauvaise volonté et de sa lenteur dans l’exécution des ordres reçus, se dédouane en dénonçant l’impéritie de son chef dans une lettre au comité de salut public. Léchelle est destitué (il mourra en prison au bout de quelques jours, pour une raison inconnue). Une nouvelle défaite survient à Dol, le 22 novembre, après que le plan de François-Joseph Westermann a été préféré à celui de Kléber. Ce dernier arrive trop tard pour participer activement à la victoire du Mans, à la fin de laquelle il tente de limiter les massacres. Il prend en revanche une part importante à celle de Savenay qui anéantit définitivement l’armée vendéenne (au prix de quelques exécutions de masse). Fin 1793, Kléber assure par intérim le commandement en chef de l’armée de l’Ouest après le départ de François Séverin Marceau. Puis il passe en Bretagne jusqu’en mai 1794.

Après sa nomination au grade de général de division, le 9 floréal an II, il est envoyé à l’armée du Nord avant de rejoindre celle de Sambre-et-Meuse. Sous la direction de Jean-Baptiste Jourdan, il participe avec éclat à la victoire de Fleurus , pendant laquelle il commande l’aile gauche du dispositif français. Il bat ensuite les Autrichiens à Marchiennes, s’empare de Mons puis expulse l’ennemi de Louvain et de la Montagne de Fer. Le cours de ses succès se poursuit avec la prise de Maastricht (4 novembre 1794).

Le Comité de salut public lui donne alors la direction du blocus de Mayence, sans lui fournir les moyens proportionnés à sa tâche. Kléber invoque des raisons de santé pour obtenir son remplacement et retrouver sa place dans les rangs de l’armée de Sambre-et-Meuse.

Lorsque celle-ci entame sa grande offensive en automne 1795, il passe le Rhin  à la tête de sa division le 5 septembre (19 fructidor an III) et s’empare de Düsseldorf le lendemain. Ses batailles victorieuses — à Altenkirchen (deux fois), sur la Lahn, à Rednitz — et la prise de Francfort [Frankfurt am Main] ajoutent encore à sa réputation. La suite de cette campagne de l’an IV, au cours de laquelle Kléber supplée provisoirement Jourdan, s’avère moins glorieuse. Elle s’achève par une retraite dont le Directoire s’applique à faire porter la responsabilité sur les généraux. Kléber, qui n’a que mépris pour le personnel politique en place, n’est pas homme à supporter sans broncher les reproches. Il offre sa démission. Elle est acceptée.

Kléber se présente sans succès dans le Haut-Rhin aux élections de l’an VI. Battu, il se retire dans les environs de Paris, à Chaillot. Napoléon Bonaparte le tire de sa retraite en 1798 pour participer à l’expédition d’Égypte.

Blessé à la tête lors de la prise d’Alexandrie (2 juillet 1798), Kléber reçoit le commandement de la place, qu’il conserve jusqu’à son départ pour Le Caire [Al-Qāhira] en octobre.

En février 1799, il conduit d’abord l’avant-garde de l’expédition de Syrie. À ce poste, il contribue puissamment à la prise d’El-Arich.

Devant Saint-Jean d’Acre [Akko] , il dirige un corps d’observation qui se retrouve en situation délicate quand il est envoyé à la rescousse de Jean-Andoche Junot face aux bandes ennemies qui infestent l’arrière-pays. L’arrivée de Bonaparte lui évite de succomber sous le nombre lors de la bataille du Mont-Thabor. Pendant la retraite qui suit bientôt l’échec de la prise d’Acre, Kléber reçoit la responsabilité de l’arrière-garde de l’armée.

Lorsque Napoléon quitte l’Égypte, le 22 août 1799, il transmet le commandement en chef à Kléber. Celui-ci, la surprise passée, s’en plaint dans une lettre au Directoire, dans laquelle il accuse son ancien supérieur d’avoir dilapidé les fonds de l’armée et épuisé le pays par ses réquisitions.

Il n’hésite pourtant pas lui-même à écraser les Égyptiens, particulièrement les Coptes, sous les impôts et se montre un maître beaucoup plus rigide et rude que Napoléon.

Convaincu de ne pouvoir se maintenir dans la conquête de son prédécesseur, il cherche d’abord à négocier l’évacuation du pays et signe la convention d’El-Arich avec le commodore Sidney Smith, plénipotentiaire anglais (24 janvier 1800). Mais les supérieurs de celui-ci, en l’espèce l’amiral George Keith, exigent au dernier moment la reddition pure et simple de l’armée pour honorer leur signature. Kléber refuse et annonce sa décision par ces mots, gravés sur le socle de son monument  de la place Kléber à Strasbourg : On ne répond à une telle insolence que par des victoires ; soldats, préparez-vous à combattre. Quelques jours plus tard, il remporte sur les Ottomans la bataille d’Héliopolis.

Il reprend ensuite le contrôle de la Haute-Égypte et du Caire révolté. Mais, le 14 juin 1800, après avoir passé en revue la légion grecque dans l’île de Raoudach, Kléber est assassiné à son retour au Caire. Un étudiant syrien de 23 ans, Soleyman ben Mouhammad Amine el-Halaby, se déguise en mendiant pour l’approcher et lui porte un coup de stylet au coeur. Le meurtrier est condamné par un conseil de guerre. Après lui avoir fait assister à la décapitation de ses complices (pratiquée au cimeterre selon l’usage du pays), on lui calcine la main droite avant de lui infliger le supplice du pal. Il supporte le tout avec un courage et un sang-froid dont Dominique Larrey témoigne dans sa relation de l’expédition d’Égypte. Le commandement en chef échoit au général Jacques-François Menou, dit Abdallah Menou depuis sa conversion à l'Islam.

Après avoir été embaumés par Larrey en Égypte, les restes de Kléber sont rapatriés en France quand les Français quittent le pays. Ils séjournent ensuite longuement au château d’If, en face de Marseille , avant que Louis XVIII ne les fasse transférer à Strasbourg. Un caveau  surmonté d’une statue en bronze est bâti au milieu de la place d’armes de la ville pour les accueillir. Son inauguration a lieu le 14 juin 1840, quarante ans jour pour jour après la mort du général.

Ses contemporains, et en premier lieu Napoléon, ont tracé de Kléber un portrait contrasté. Selon eux, il cherchait la gloire comme un accès aux jouissances. Brutal et superbe, il ne pouvait obéir qu’à un gouvernement qui lui en imposait et il aurait probablement aussi bien servi un pays étranger que le sien. Incapable d’un effort prolongé et soutenu, il n’excellait que dans les occasions importantes où son génie se réveillait.

Portrait en médaillon

Jean-Baptiste Kléber, lieutenant-colonel au 4e bataillon du Haut-Rhin en 1792 (1753-1800), huile sur toile par Paulin-Guérin
[<<] [<]
[>] [>>
Haut de page