N & E
Napoléon & Empire

Louis-Pierre Baltard (1764-1846)

Louis-Pierre Baltard (1764-1846)

Louis-Pierre Baltard naît à Paris le 9 juillet 1764. Il étudie successivement à l'école gratuite des arts industriels puis à l'école académique d'architecture du Louvre. Elève de Peyre le jeune, il est appelé à Versailles par Richard Mique, le directeur de l'académie royale, et travaille au Trianon.

En 1788, une bourse d'étude lui permet de voyager en Italie où il étudie assidûment les monuments antiques. A son retour, il expose ses oeuvres au salon de 1791, qui vient d'ouvrir une section d'architecture. Il y participera régulièrement jusqu'en 1835.

Ses qualités de dessinateur, après lui avoir valu dans le civil le poste de dessinateur des décors de l'Opéra, le qualifient, quand la guerre éclate, comme ingénieur militaire. Il dresse, à partir de 1793, des plans de fortifications.

Bien que nommé professeur d'architecture à l'école Polytechnique en 1796, son activité artistique, durant le Consulat et l'Empire, tourne essentiellement autour de la gravure. Il publie alors des recueils sur l'Italie (Voyage d'Italie) et l'Egypte (Expédition d'Egypte et, en 1803, sur Paris et ses monuments. Cela ne l'empêche pas d'exposer à nouveau aux salons de 1810, 1812 et 1814, dans la section peinture cette fois. Comme architecte, il a la déception de voir son projet de réunion du Louvre aux Tuileries, présenté à l'Empereur, rester sans suite.

L'école des Beaux-arts lui confie en 1818 une chaire qu'il conservera jusqu'à sa mort. Cette activité de pédagogue nourrit sa réflexion d'écrivain, et lui permet de devenir l'un des meilleurs théoriciens de l'architecture de son temps. Parmi ses ouvrages, on peut citer L'Architectonographie des prisons (1829) et son Introduction au cours de théorie d'architecture (1839).

Les nominations aux postes d'architecte du Panthéon, des prisons et des halles de Paris (1815-1818), au conseil des Bâtiments civils (1831) et à l'inspection des travaux de Paris (1837) en font également un des meilleurs spécialistes de l'architecture carcérale et édilitaire.

C'est à Lyon, à la fin de la Restauration et sous la monarchie de Juillet que Louis-Pierre Baltard réalise ses oeuvres les plus réussies : le grenier à sel (1828), la prison de Perrache (1830), l'arsenal de l'artillerie (1840-1846) et le palais de Justice (1835-1847), grand édifice à l'antique, dôté d'une somptueuse colonnade corinthienne, qui se dresse sur le quai de Saône. Ce monument est caractéristique du néo-clacissisme tardif.

Louis-Pierre Baltard meurt à Lyon, le 22 janvier 1846, dans un accident hippomobile. Il est enterré à Paris, au cimetière du Montparnasse, 18ème division .

C'est à son fils, Victor Baltard (1805-1874), que l'on doit les célèbres halles de la ville de Paris.

Portrait en médaillon

"Louis-Pierre Baltard".
Vous êtes ici : Accueil > Personnages > Biographies >