N & E
Napoléon & Empire

Robert Surcouf (1773-1827)

Chevalier de la Légion d'honneur

Blason de Robert Surcouf (1773-1827)

Robert Surcouf voit le jour à Saint-Malo, en Bretagne, le 12 décembre 1773. Considéré comme l'un des meilleurs marins que la France ait jamais eus, il est issu d'une famille d'armateurs et de corsaires, descendant du fameux René Duguay-Trouin par sa mère. Autant dire que l'appel de la mer coule dans ses veines ...

Il commence à naviguer en 1786 puis fait la traite des Noirs sur les côtes de Madagascar et du Mozambique.

Reçu capitaine au long cours en 1794, il participe à la guerre de course contre le commerce anglais dans l'océan Indien où il s'empare brillamment de six navires.

Mais c'est en 1796, à vingt-trois ans, qu'il met un pied dans la légende quand, avec un équipage de 190 hommes, il prend à l'abordage un grand vaisseau britannique, trois fois plus important et plus armé que le sien. D'exploit en exploit, en 1800, il devient une véritable légende vivante avec la capture du HMS Kent avec sa goélette La Confiance dans la baie du Bengale.

En seulement cinq ans, il réussit à attaquer une cinquantaine de navires britanniques et portugais alors alliés, essentiellement des navires marchands. Considéré en Angleterre comme l'ennemi public à capturer, sa tête est mise à prix cinq millions de francs.

Revenu en France en 1801, il se marie et s'installe à Saint-Malo. Fait chevalier de la Légion d'Honneur le 14 juin 1804, il repart vers l'océan Indien en 1807. Au cours de cette dernière campagne, il ne fait pas moins de seize prises.

A ces activités guerrières, il joint un rôle important d'armateur. Il arme des navires corsaires qui opérent pour son compte dans l'océan Indien, commandés notamment par son frère, Nicolas, et son cousin, Joseph Potier.

Colonel de la garde nationale de Saint-Malo, chef de la légion durant les Cent-Jours, la paix revenue, Surcouf se consacre à des armements commerciaux vers l'océan Indien, l'Afrique, l'Amérique du Nord. Ce combattant audacieux, ce manoeuvrier remarquable, est aussi d'une grande indépendance d'esprit et refuse toutes les offres qu'on lui fait d'entrer dans la marine de l'Etat.

Il succombe à un cancer le 8 juillet 1827 dans sa maison de campagne de Saint-Servan (commune faisant de nos jours partie intégrante de Saint-Malo).

Après des funérailles, dans la même église qui avait vu son baptême, Robert Surcouf est inhumé dans le cimetière de Rocabey. Sur sa tombe  on peut lire cette épitaphe :

Un célèbre marin a fini sa carrière Il est dans le tombeau pour jamais endormi Les matelots sont privés de leur père Les malheureux ont perdu leur ami.

Une statue de bronze en pied de Surcouf, signée Alfred Caravaniez, surplombe les remparts de Saint-Malo .



Franc-maçonnerie : Robert Surcouf fut initié en 1796 à la loge "La Triple Espérance" à Port-Louis, Île Maurice, puis membre en 1809 de "La Triple Essence" à Saint-Malo.



Philatélie : Les Postes de la République Française ont émis en 1951 un timbre de 12 F + 4 F  à l'effigie de Robert Surcouf, et celles de l'île Maurice deux timbres de 2,50 et 0,60 roupies  en son honneur.

Remerciements

Cette notice biographique (à l'exception des paragraphes sur la franc-maçonnerie et sur la philatélie) a été rédigée par Mme Marie-Christine Pénin (voir son site Tombes et Sépultures), et mise en ligne avec son aimable autorisation.

Portrait en médaillon

"Robert Surcouf, armateur". Ecole française du XIXème siècle.

Autres portraits

Robert Surcouf (1773-1827)
Agrandir
"Robert Surcouf en 1796". Anonyme de la fin du XVIIIème siècle.
Robert Surcouf (1773-1827)
Agrandir
"Robert Surcouf". Gravure du XIXème siècle.
Robert Surcouf (1773-1827)
Agrandir
"Robert Surcouf". Gravure du XIXème siècle.
Vous êtes ici : Accueil > Personnages > Biographies >