Napoleon & Empire

Paul-François, vicomte de Barras (1755-1829)

Blason de Paul-François, vicomte de Barras (1755-1829)

Né le 30 juin 1755 à Fox-Amphoux en Provence, noble de vieille roche, Paul François de Barras-Clumanc devient à seize ans cadet-gentilhomme, servant en particulier aux Indes.

En 1780, Barras est à bord du navire "La Sartine" qui à son retour de l'île Bourbon s'échoue à l'entrée du port de Marseille (c'est de cet incident - le nom du navire ayant été déformé - que naît la célèbre histoire marseillaise de la sardine bouchant l'entrée du port). Il démissionne en 1783 sans avoir dépassé le grade de capitaine.

Il s'installe alors à Paris où il dissipe rapidement sa fortune et regagne sa Provence natale après la prise de la Bastille, à laquelle il assiste par hasard. Le prestige de son nom lui permet de se faire élire député à la Convention où il ne se signale guère. Il vote cependant la mort du roi et est envoyé comme représentant en mission à l'armée d'Italie. Il prend part au siège de Toulon où il se montre à la fois décidé et courageux. C'est devant cette ville qu'il fait la connaissance de Napoléon Bonaparte dont il favorise dès lors l'ascension.

Rentré à Paris en 1794, soupçonné de prévarication par Robespierre, Barras, se sentant menacé, prend une part prépondérante au 9 thermidor et devient l'un des chefs du parti thermidorien après la chute de l'Incorruptible.

Le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), il écrase l'insurrection des sections royalistes avec la collaboration de Napoléon Bonaparte, qu'il s'est adjoint.

Devenu peu après l'un des cinq Directeurs, il dirige en fait le Directoire et organise les coups d'État successifs que nécessite la survie du régime républicain.

Son influence sur le destin du jeune Bonaparte est déterminante. Après lui avoir fait épouser sa maîtresse, Marie-Josèphe-Rose de Tascher de La Pagerie, veuve Beauharnais, Barras confie à son protégé le commandement de l'armée d'Italie. Le Directeur semble d'ailleurs s'ingénier à mettre en place les cadres du régime qui renversera le Directoire puisque c'est lui aussi qui fait de Joseph Fouché et Charles Maurice de Talleyrand-Périgord des ministres.

La gloire conquise en Italie ayant décuplé les ambitions de Bonaparte, Barras le pousse dans l'aventure égyptienne afin de le tenir éloigné de la vie politique. Mais après le retour du général, bien qu'averti des préparatifs du 18 brumaire, le vainqueur de Robespierre et l'artisan du 18 fructidor laisse faire et s'efface avec une bonne grâce apparente devant le Premier Consul. Il lui voue cependant à partir de ce jour une haine qui ne se démentira pas.

Après avoir refusé l'ambassade des États-Unis et le commandement à Saint-Domingue que lui offre un Bonaparte désireux de l'éloigner, il se retire dans son château de Grosbois , puis à Bruxelles quand ordre lui est donné de ne pas approcher de Paris à moins de quarante lieues.

En 1805, il obtient l'autorisation de résider en Provence et s'installe aux Aygalades, dans la banlieue marseillaise, mais de nouvelles intrigues en faveur des Bourbons lui valent un nouvel exil, à Rome cette fois (1810).

Il rentre en France après la chute de l'Empire, s'installe à Chaillot dans l'ancien couvent de Sainte-Périne, et reprend son existence somptueuse.

Il y meurt le 29 janvier 1829. Sa tombe se trouve à Paris, au cimetière du Père Lachaise, division 28.

*  *  *
Même si ses moeurs, son honnêteté et ses capacités d'homme d'état ont été violemment attaquées, par certains de ses contemporains comme par beaucoup d'historiens, il est indéniable qu'il fut l'un des plus importants parmi les révolutionnaires, en précipitant la chute de Robespierre puis en prenant une part prépondérante au gouvernement de la France durant le Directoire. Il fut d'ailleurs favorisé en cela par la chance, le sort l'ayant toujours épargné quand il s'agissait de désigner, une fois par an, le Directeur à remplacer.

*  *  *

Barras, à qui sont beaucoup reprochées ses moeurs dissolues, fut en effet l'amant de certaines des plus belles femmes de son époque, notamment Joséphine de Beauharnais et Thérésa Cabarrus (Madame Tallien, princesse de Caraman-Chimay). Certains témoignages laissent penser qu'elles étaient plus attirées par sa prestance, sa générosité et la facilité de son caractère que par sa vigueur.

*  *  *

Barras, bien que régicide, ne sera jamais inquiété par la justice des Bourbons.

Adresse

194, Rue Saint-Honoré. Paris Ier arrondissement 

C'est l'adresse du citoyen Paul Barras, futur Directeur, en 1794.

46, Rue du Bac. Paris VIIème arrondissement 

Hôtel de Jacques-Samuel Bernard, dont Barras est propriétaire en 1812.

Celui-ci possède également, de 1797 à son départ pour Bruxelles après le 18 Brumaire, le château de Grosbois  à Boissy-Saint-Léger.

Portrait en médaillon

"Paul-François, vicomte de Barras". Ecole française du XIXème siècle.

Autres portraits

Paul-François, vicomte de Barras (1755-1829)
Agrandir
"Paul-François, vicomte de Barras". Lithographie de François-Séraphin Delpech (1778-1825).
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Paul de Barras
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page