Napoleon & Empire

Joseph Fouché (1759-1820)

Duc d'Otrante

Blason de Joseph Fouché (1759-1820)

Joseph Fouché voit le jour 21 mai 1759 au Pellerin, près de Nantes. D'abord professeur de mathématiques et de physique chez les Oratoriens, il entame sa carrière politique en se faisant élire à la Convention. Siégeant parmi les Montagnards, il est successivement envoyé en mission dans la Loire-inférieure, la Nièvre puis Lyon.

Sa très relative modération lui ayant valu l'hostilité de Robespierre, il participe activement à la chute de « Maximilien Ier », ce qui ne l'empêche pas de combattre les Thermidoriens dans les mois qui suivent.

Après un court séjour en prison, il revient dans le jeu politique à l'occasion de la journée du 13 vendémiaire an IV, pour laquelle il prête son appui à Barras. D'abord nommé ambassadeur à Milan puis à La Haye, il devient ministre de la police générale en juillet 1799, poste depuis lequel il facilite le coup d'État du 18 brumaire.

Confirmé dans son ministère, il met sur pied une puissante police politique dont Talleyrand, Lucien et Joseph Bonaparte, exaspérés par la surveillance dont ils font l'objet, obtiennent la suppression en septembre 1802.

L'incapacité de ses successeurs à la tête de la police entraîne cependant le rappel de Fouché dès juillet 1804. Il va faire preuve pendant six ans d'une efficacité remarquable.

En juillet 1809, alors qu'il assure l'intérim du ministère de l'Intérieur, il repousse un débarquement anglais en Belgique avec l'aide de la garde nationale. Napoléon l'en récompense en le nommant duc d'Otrante mais lui enlève l'Intérieur et révoque la garde nationale.

En juillet 1810, Fouché est révoqué pour avoir envoyé un émissaire à Londres sans en avoir avisé l'Empereur. Très surveillé, il n'est plus employé jusqu'au retour de l'île d'Elbe.

Il se voit alors confier à nouveau la Police Générale mais n'en use que pour assurer son propre maintien dans le ministère après le retour, qu'il juge inévitable, de Louis XVIII.

Cette trahison ne lui permet cependant pas de faire oublier son passé de régicide. C'est à Dresde, où il a été nommé ambassadeur dès septembre 1815, qu'il apprend la promulgation de la loi du 12 janvier 1816 qui le condamne à l'exil.

Joseph Fouché meurt à Trieste le 26 décembre 1820. Il repose depuis 1875 au cimetière de Ferrières-en-Brie, en Seine-et-Marne .

*  *  *
Franc-maçonnerie : Joseph Fouché, initié en 1789 à la loge "Sophie Madeleine, reine de Suède" d'Arras, fut membre de la loge "Les Citoyens Unis" à l'orient de Melun.

Adresse

34, Rue du Bac. Paris VIIème arrondissement 

L'almanach Impérial de 1811 indique que le duc d'Otrante demeure à cette adresse.

Portrait en médaillon

"Joseph Fouché, Duc d'Otrante", par Claude-Marie Dubufe (Paris 1790 - La Celle-Saint-Cloud 1864) ; oeuvre souvent attribuée, à tort, à son fils Édouard-Louis Dubufe (Paris 1819 - Versailles 1883).

Autres portraits

Joseph Fouché (1759-1820)
Agrandir
"Joseph Fouché, Duc d'Otrante", par Jean-Baptiste Sambat (Lyon vers 1760 - Paris 1827).
Joseph Fouché (1759-1820)
Agrandir
"Joseph Fouché, Duc d'Otrante". Ecole française du XIXème siècle.
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Joseph Fouché
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:16.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page