N & E
Napoléon & Empire

Châteaux, palais et forts

Accueil
Vous êtes ici : Napoléon & Empire > Tourisme >

Sous le Consulat, le parc immobilier français de châteaux, militaires et civils, se remet avec peine des ravages que lui a causés la Révolution : quand ils n'ont pas été détruits (la Bastille n'étant pas un cas isolé) ou brûlés, ces édifices témoins de l'Ancien Régime ont été vandalisés, pillés, dans le meilleur des cas rachetés par des opportunistes qui n'ont pas toujours les moyens de les entretenir ...

Peu à peu, ce que nous appellerions de nos jours "le marché de l'immobilier de luxe" reprend vie, facilité par la stabilité institutionnelle et l'instauration du Code Civil, promulgué le 21 mars 1804, qui définit et garantit le droit de propriété.

Sous l'Empire, l'émergence d'une nouvelle classe sociale aisée, puis la création de la noblesse d'Empire et le retour d'une partie des émigrés vont favoriser ce marché, tant dans le neuf que l'ancien, pour user encore de termes contemporains. Les princes, ducs, comtes, barons que sont les officiers supérieurs, ministres, diplomates, préfets ou financiers (sans omettre la famille impériale) se doivent de tenir leur rang, et l'investissement immobilier en constitue indéniablement la partie la plus visible aux yeux de la cour.

Parallèlement, les ouvrages à vocation militaire se voient entretenus et modernisés pour faire face à la situation de guerre que connaît l'Empire tout au long de son existence.

Qu'en reste-t-il de nos jours ? Au gré de nos pérégrinations, nous avons capturé par l'image l'état actuel de ces édifices. Quelques palais étrangers en rapport avec l'époque ou le sujet nous ont également semblés dignes d'être représentés. La liste ci-dessous ne manquera pas de s'allonger, suite à nos futures excursions.

Il s'agit, deux siècles après l'époque impériale, d'immortaliser l'image de ces bâtisses avant que l'oubli, ou pire encore les lotisseurs immobiliers, ne se chargent de les faire disparaître à jamais.

Réception à la Malmaison en 1802, huile sur toile de François Flameng
Réception à la Malmaison en 1802, huile sur toile de François Flameng

Remerciements

Nous exprimons notre gratitude :
  1. au duc Suchet d'Albufera, propriétaire du domaine de Montgobert, qui en 2012 nous a facilité la prise de vue du château et nous a, en personne, conduits à la tombe du général Leclerc, située au plus profond du parc ;
  2. à Madame Véronique Pardoux, qui nous a accueillis dans son château de Régagnac au printemps 2011 ;
  3. à Monsieur Milan, fils du propriétaire du château de Monthorin en 2011, qui nous a permis de photographier le château et l'intérieur de la chapelle abritant le coeur du général de Lariboisière.
  4. à Messieurs Cyril Maillet et Ugo Valfer, qui nous ont grâcieusement fourni respectivement la photo du château de la Malmaison et celle du château de Laeken.

Crédit photos

  Photos par Lionel A. Bouchon.
  Photos par Marie-Albe Grau.
  Photos par Floriane Grau.
  Photos par Michèle Grau-Ghelardi.
  Photos par Didier Grau.
  Photos par d'autres photographes, avec nos remerciements.