Napoleon & Empire

Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)

Duc de Vicence

Blason de Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)

Issu d'une famille illustre, Armand Augustin Louis de Caulaincourt voit le jour à Caulaincourt, en Picardie, le 9 décembre 1773. Soldat à quinze ans, il parcourt rapidement les grades inférieurs et se trouve capitaine en 1792, à la déclaration de la guerre.

Sa noblesse le rendant suspect, il se porte volontaire comme simple soldat dans la garde nationale parisienne en juin 1792. Après avoir rapidement regagné ses grades, il devient aide de camp du général Aubert-Dubayet à l'armée de l'Ouest et l'accompagne dans ses missions à Venise puis à Constantinople (mars 1796).

De retour en France en juin 1797, il devient aide de camp de son oncle, le général d'Harville, puis chef de brigade (juillet 1799) et se bat sur le Rhin.

En octobre 1801, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord le charge de porter au nouveau Tsar Alexandre 1er une lettre personnelle de Napoléon Bonaparte. Il reste à Saint-Petersbourg six mois sans mission bien précise sinon que de préparer le terrain à l'établissement de relations plus étroites entre la France et la Russie.

Rentré à Paris en avril 1802, il est bientôt promu aide de camp du Premier consul Napoléon Bonaparte et inspecteur général des écuries consulaires (août) puis général de brigade un an plus tard. Chargé de missions diverses dans le cadre de ses fonctions, il est à Strasbourg en mars 1804 lors de l'arrestation du duc d'Enghien mais n'y prend aucune part et n'apprend son exécution que plusieurs jours après qu'elle a eu lieu.

L'Empire naissant fait de Caulaincourt son grand écuyer mais Napoléon 1er continue, comme Bonaparte, à l'employer à des missions dépassant largement les limites de sa fonction. Il apprécie chez lui son esprit d'ordre, son zèle, sa méticulosité et sa prestance.

Général de division en 1805, il est nommé ambassadeur de France à la cour de Russie en novembre 1807 après avoir servi au cours des deux années précédentes à l'État-major de la Grande Armée.

Fait duc de Vicence en 1808 pour augmenter son prestige auprès du gouvernement russe, il reste en poste jusqu'en 1811, gagnant la confiance d'Alexandre 1er mais perdant celle de l'Empereur, qui cesse dès 1809 de correspondre directement avec lui.

Après son retour, sa première entrevue avec Napoléon manque de cordialité, ses conseils – ménagements, souplesse, attitude conciliante à l'égard de la Russie – étant peu agréables à l'oreille du souverain. Caulaincourt est renvoyé à ses écuries.

Il retourne l'année suivante en Russie, en ennemi cette fois, et passe une dizaine de jours en tête à tête avec l'Empereur, dans sa berline, lorsque celui-ci abandonne l'armée pour rentrer en hâte à Paris après la tentative de coup d'État de Malet (7-18 décembre 1812). Les confidences que lui fait alors Napoléon sont transcrites dans ses Mémoires.

En 1813, il est nommé sénateur, assure un temps l'intérim de la fonction de grand maréchal du palais après la mort de Duroc, puis celui de Maret au ministère des Affaires étrangères. Dans les négociations auxquelles il participe, conférence de Pleiswitz puis congrès de Prague, les amitiés nouées naguère dans les milieux diplomatiques russes lui valent un certain succès et, en novembre, il devient ministre des Relations extérieures.

L'année suivante, après avoir participé au congrès de Châtillon, qui ne débouche sur rien, il porte au Tzar, en compagnie de Michel Ney et Etienne Macdonald, l'abdication de Napoléon Ier, et plaide, sans succès, la cause de Napoléon II.

Dès son premier contact avec les Bourbons, au gouvernement desquels il s'est pourtant rallié, resurgit, dans la bouche du comte d'Artois, la question de sa participation à l'exécution du duc d'Enghien. Bien que le Tsar ait tenté d'arranger les choses, une violente campagne, menée par des personnages douteux, se déclenche contre lui et Caulaincourt subit diverses avanies : la pairie lui est refusée, certaines de ses rentes lui sont retirées.

Durant les Cent-jours, il retrouve sa dignité de grand écuyer et son ministère des Relations extérieures, Napoléon voulant ainsi signifier à l'Europe son désir de paix. On sait ce qu'il en advint.

Après Waterloo, il devient membre de la commission provisoire de gouvernement et refuse de profiter des passeports que Joseph Fouché lui offre, comme une invitation à prendre le large. Mais Alexandre 1er, dont il escompte la protection, refuse de le recevoir et se contente de faire rayer son nom sur l'ordonnance de proscription du 24 juillet 1815.

Caulaincourt mène ensuite une existence retirée, tantôt sur les terres picardes de ses ancêtres tantôt à Paris, où il meurt le 19 février 1827. Il repose au cimetière du Père-Lachaise (29ème division) .

*  *  *
Toute sa vie, et dans son testament encore, il se défendra contre l'accusation d'avoir participé à l'arrestation, voire à l'exécution du duc d'Enghien. Quoi qu'il ait produit les preuves les plus évidentes qu'il n'en était rien, quoi que le Tsar lui-même – dont la cour avait fait un si mauvais accueil pour cette même raison au duc de Rovigo et se montra si amicale avec celui de Vicence – en soit convenu, rien n'y fit et la calomnie est encore bien vivante, répandue dans nombre de biographies de Caulaincourt.

*  *  *

Le jugement porté sur lui par Napoléon 1er diffère selon qu'il passe par la plume de Las Cases ou de Gourgaud. Pour le premier, il ne tarit pas d'éloge sur son ambassadeur, pour le second, "C'était un excellent chef de l'Écurie, voilà tout".

*  *  *

Le nom de Caulaincourt est inscrit sur la 31e colonne (pilier Ouest) de l'arc de triomphe de l'Étoile.

*  *  *

Une rue du dix-huitième arrondissement de Paris porte son nom.

Portrait en médaillon

"Armand Augustin Louis de Caulaincourt, duc de Vicence" par François Pascal Simon Gérard (Rome 1770 - Paris 1837).

Autres portraits

Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)
Agrandir
"Armand Augustin Louis de Caulaincourt, duc de Vicence". Miniature de Jean-Baptiste Isabey (Nancy 1767 - Paris 1855) ornant le plateau de la Table d'Austerlitz (dite également Table des Maréchaux).
Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)
Agrandir
"M. de Caulaincourt". Dessin de Jacques-Louis David (Paris 1748 - Bruxelles 1825).
Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)
Agrandir
"Armand Augustin Louis de Caulaincourt, duc de Vicence". Gravure d'Adolphe Forestier (Paris 1801 - Paris 1885).
Armand Augustin Louis de Caulaincourt (1773-1827)
Agrandir
"Armand Augustin Louis de Caulaincourt, duc de Vicence". Gravure de William Hopwood (1784-1853).
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Armand de Caulaincourt
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page