Napoleon & Empire

Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald (1765-1840)

Duc de Tarente

Blason de Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald (1765-1840)

Fils d'un jacobite écossais exilé en France, Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald voit le jour le 17 novembre 1765 à Sedan. C'est en 1785 qu'il embrasse la carrière militaire, après avoir entamé des études d'ingénieur selon certains, religieuses selon d'autres.

Lieutenant dans un corps destiné à soutenir les Hollandais dans leur lutte contre l'empereur d'Allemagne, il voit la paix signée avant même d'avoir eu à se battre et passe alors dans le régiment irlandais de Dillon.

Quand la Révolution éclate, Macdonald, seul ou presque de son régiment, décide de rester en France. Il devient l'aide de camp du général Beurnonville puis, en 1792, celui de Charles-François Dumouriez, qui lui obtient le grade de lieutenant-colonel après Jemapes (ou Jemmapes, 6 novembre 1792). En avril 1793, cependant, il refuse de suivre son chef dans la trahison. Quatre mois plus tard, en août 1793, il est nommé général de brigade, toujours à l'armée du Nord. Il sera divisionnaire en novembre 1794.

En avril 1798, il est transféré à l'armée d'Italie où il remplace Gouvion-Saint-Cyr comme commandant des troupes françaises en République romaine. Sa victoire de Civita Castellana sur l'armée napolitaine (5 décembre 1798) lui permet de reprendre la ville de Rome qu'il a dû évacuer peu auparavant. Il remplace ensuite le général Jean Etienne Vachier Championnet comme commandant de l'armée de Naples  (13 février 1799). Vainqueur et blessé à Modène (12 juin 1799), il est battu par Souvorov à Trebbia (17-19 juin) et doit évacuer le royaume napolitain.

Ayant sollicité un congé de convalescence, Macdonald rentre en France où il soutient de son mieux les ambitions de Napoléon Bonaparte. Peu après le 18 brumaire, il est envoyé à l'armée du Rhin seconder Jean Victor Marie Moreau et repousse péniblement les Autrichiens jusque dans les Grisons. A l'issue de cette campagne, son attitude à l'égard du nouveau régime semble évoluer vers une franche opposition. Il se rapproche de Jean-Baptiste Jules Bernadotte et, quoiqu'il évite de se compromettre ouvertement, ses dispositions inquiètent suffisamment Bonaparte pour qu'il soit envoyé comme ambassadeur au Danemark (mars 1801).

A son retour (1803), il est impliqué dans le complot où trempent Jean-Charles Pichegru et Jean Victor Marie Moreau. Il n'hésite pourtant pas, lors du procès de ce dernier (mai 1804), à le soutenir publiquement. Disgracié, il mène pendant cinq ans une vie retirée à la campagne. Sa carrière semble terminée.

Napoléon Ier le tire de sa retraite en 1809 pour chapeauter le prince Eugène à qui vient d'être confiée une armée et qui s'est laissé battre en Italie du nord. Macdonald rétablit la situation, dirige la traversée des Alpes et la marche sur Vienne. A nouveau blessé à la bataille du Piave (8 mai), il prend Laibach (l'actuelle Ljubljana) et Graz, chasse les Autrichiens de Goritz et fait sa jonction avec la Grande Armée sous les murs de la capitale autrichienne.

A Wagram, il conduit de main de maître une opération qui décide de la victoire en enfonçant le centre ennemi avec sa colonne d'infanterie. Une semaine plus tard, Napoléon Ier le fait maréchal (12 juillet). Le titre de duc de Tarente suit, le 9 décembre.

Gouverneur de Graz, la discipline exemplaire qu'il maintient dans son armée lui vaut la reconnaissance des autorités locales. Mais lorsqu'elles cherchent à manifester leur gratitude, il fait preuve, à la différence de bien de ses collègues, d'une scrupuleuse honnêteté.

Il commande ensuite l'armée de Catalogne en 1810-1811, tout en ressentant, de son aveu même, une vive répugnance pour le genre de guerre qui se fait en Espagne. Après avoir tenté sans résultat une politique de conciliation, il se voit obligé de sévir pour calmer l'agitation d'une armée toujours en butte aux attentats. La répression est alors impitoyable, voire cruelle. Les opérations militaires, de leur côté, loin de se limiter à une simple pacification, opposent une véritable armée nationale, animée d'un courage et d'un patriotisme extraordinaires, à des troupes françaises qui ne songent qu'à quitter un pays où elles sont profondément haïes. Dans ces conditions les succès – Cervera (5 septembre 1810), Manresa – alternent avec les échecs – Larisbal, Valls (15 janvier 1811). Ecoeuré, malade – il ne peut plus marcher qu'à l'aide de béquilles – Macdonald rentre à Paris en octobre 1811.

A peine remis, il prend, en vue de la campagne de Russie, le commandement du Xème corps de la Grande Armée. Son objectif est Riga où il doit attendre l'ordre de marcher sur Saint-Petersbourg. Au lieu de quoi il reçoit celui de ramener ses troupes à Tilsitt. Une fois arrivées, celles-ci, formées essentiellement d'Allemands et de Polonais, désertent par régiments entiers.

En 1813, à la tête du XIème corps, en Saxe, il commence par se battre contre ses ex-soldats. Il l'emporte à Merseburg (29 avril), commande l'aile droite à Lützen (2 mai) et Bautzen (20-21 mai), est à nouveau vainqueur à Bischofswerda (12 mai) mais subit une sévère défaite à Katzbach face à Blücher (26 août) avant de se racheter à Wachau (16 octobre). A Leipzig, après avoir défendu un faubourg de la ville contre les attaques d'un ennemi supérieur en nombre, ses troupes sont acculées sur l'Elster alors que rien n'a été prévu pour leur faire franchir le cours d'eau. Macdonald lui-même tombe à l'eau en dirigeant la construction d'un pont de fortune et doit finalement franchir la rivière à la nage, échappant de peu au sort funeste que connaît ce même jour et dans les mêmes circonstances le maréchal Poniatowski. Quelques jours plus tard, Macdonald est envoyé à Cologne défendre la frontière du Rhin mais ne peut qu'organiser au mieux les retraites successives auxquelles il est contrait par la faiblesse de ses forces.

Durant la campagne de France, il commande l'aile gauche de l'armée, participe à de nombreux combats et se distingue particulièrement le 17 février, à Nangis.

En avril, une fois Paris tombé, il se fait le porte-parole des maréchaux et de nombreux officiers en exigeant de Napoléon Ier la première abdication. Chargé de la porter au tsar Alexandre Ier en compagnie de Michel Ney et d'Armand Augustin Louis de Caulaincourt, il prend une part importante aux pourparlers qui suivent, traitant en particulier de l'armistice et de l'établissement d'une ligne de démarcation. La façon dont il mène cette négociation lui vaut les remerciements de Napoléon Ier, qui lui offre en cadeau l'épée de Mourad Bey, portée par Bonaparte à la bataille des Pyramides. Une fois l'abdication effective, Macdonald apporte son adhésion à la monarchie. Louis XVIII le fait pair de France.

Au retour de l'île d'Elbe, il accompagne le roi jusqu'à la frontière puis revient à Paris où il refuse tout emploi, se bornant à servir comme simple grenadier dans la garde nationale.

A la seconde Restauration, le roi le charge de la dissolution de l'armée de la Loire, le nomme ministre d'État et membre du Conseil privé. En 1821, il est nommé grand chancelier de la Légion d'Honneur, fonction qu'il occupe durant dix ans.

Il s'éteint dans son château de Courcelles-le-Roi, à Beaulieu (Loiret), le 25 septembre 1840.

Il repose à Paris, au cimetière du Père Lachaise, division 37.

*  *  *
Le nom de Macdonald est inscrit sur la 13e colonne (pilier Est) de l'arc de triomphe de l'Étoile , tandis qu'une statue en pied du duc de Tarente signée Eugène Léon L'Hoest honore sa mémoire sur la façade Nord du Louvre, rue de Rivoli .

*  *  *

Franc-maçonnerie : Le maréchal Macdonald, qui avait été initié Franc-Maçon en 1797 à la loge parisienne "Le Centre des Amis", fut nommé fut nommé le 14 novembre 1804 Deuxième Grand Expert du Grand Orient, puis en 1813 Grand Administrateur de la Grande Loge Symbolique.

Carrière militaire détaillée

établie par M. Eric Le Maître (voir son site web), mise en ligne avec son aimable autorisation.



Blessures au combat

Blessé lors de la bataille du Piave, le 8 mai 1809.
Blessé à la jambe à Wagram, le 6 juillet 1809.


Captivité

Aucune.


Premier engagement

A la Légion irlandaise, en 1784.


Évolution de carrière

Lieutenant, le 1er avril 1785.
Sous-lieutenant de remplacement, le 12 juin 1787.
Sous-lieutenant en pied, le 1er décembre 1787.
Lieutenant, le 10 octobre 1791.
Capitaine, le 19 août 1792.
Lieutenant-colonel, le 12 novembre 1792.
Chef de brigade, le 8 mars 1793.
Général de brigade, le 26 août 1793.
Général de division, le 28 novembre 1794.
Maréchal de l'Empire, le 12 juillet 1809.


États de service

A la légion irlandaise, en 1784.
A la légion de Maillebois, au service de la Hollande, le 1er avril 1785.
Volontaire au régiment de Dillon, le 12 juillet 1786.
Aide de camp de Beurnonville, le 17 juin 1792.
Aide de camp de Dumouriez, le 29 août 1792.
Au 94e régiment d'infanterie, le 12 novembre 1792.
Au 2e régiment d'infanterie, le 8 mars 1793.
A l'armée du Nord, le 26 août 1793.
Commandant la 1ère division, le 15 novembre 1793.
Commandant la 2e division, le 21 mai 1795.
Commandant la 3ème division, le 22 août 1795.
Commandant la 1ère division, le 5 juin 1796.
Commandant trois divisions chargées de couvrir l'aile gauche de l'armée de Sambre-et-Meuse, le 10 juillet 1796.
Commandant l'aile gauche de l'armée de Sambre-et-Meuse, le 24 septembre 1796.
Commandant la 1ère division de l'armée du Nord, en février 1797.
Commandant en chef par intérim les divisions stationnées dans la République Batave, du 3 au 12 janvier 1798.
Employé à l'armée d'Italie, le 24 avril 1798.
Commandant les troupes françaises dans la République romaine, le 11 juillet 1798.
Commandant la 1ère division de l'armée de Rome et gouverneur de Rome, le 19 novembre 1798.
Démissionne, vers le 11 janvier 1799.
Commandant en chef l'armée de Naples, le 13 février 1799.
Employé à l'armée d'Italie, le 3 juillet 1799.
Cesse ses fonctions et rentre en France, le 3 août 1799.
Commandant à Versailles lors du 18 Brumaire, le 9 novembre 1799.
Envoyé à l'armée du Rhin sous Moreau, le 7 décembre 1799.
Lieutenant du général en chef de Réserve, le 1er avril 1800.
Commandant en chef la 2e armée de Réserve, le 24 août 1800.
Commandant en chef de l'armée des Grisons, le 5 octobre 1800.
Ministre plénipotentiaire au Danemark, le 1er avril 1801.
Rentre en France et disponible, fin janvier 1802.
Disgracié pour avoir pris la défense de Moreau, en 1804.
Autorisé à passer au service de Naples, le 28 février 1807.
Employé à l'armée d'Italie, le 28 mars 1809.
Commandant un corps sous le prince Eugène, le 20 avril 1809.
Commandant l'aile droite de l'armée d'Italie, le 28 avril 1809.
Commandant en chef l'armée de Catalogne, le 24 avril 1810.
Rentre en France, à l'automne 1811.
Commandant le 10e corps de la Grande Armée en Russie, le 3 juin 1812.
Cède son commandement à Rapp, le 13 janvier 1813.
Placé à la suite de l'état-major général.
Commandant le 11e corps de la Grande Armée en Saxe, le 10 avril 1813.
Chargé de défendre le Rhin vers Cologne, le 1er novembre 1813.
Chargé par Napoléon avec Ney et Caulaincourt de négocier avec les alliés, le 4 avril 1814.
Membre du conseil de guerre, le 6 mai 1814.
Pair de France à la Première Restauration, le 4 juin 1814.
Gouverneur de la 21e division militaire à Bourges, le 21 juin 1814.
Commandant l'armée du Gard sous le duc d'Angoulême, le 6 mars 1815.
Commandant en chef l'armée défendant Paris, le 17 mars 1815.
Ne sert pas aux Cent-Jours.
Commandant en chef l'armée de la Loire et gouverneur de la 21e division militaire, le 26 juillet 1815.
Nommé deuxième major général de la Garde Royale, le 13 septembre 1815.
Ministre d'Etat et membre du conseil privé, le 19 septembre 1815.

Remerciements

La photo de la statue en pied du duc de Tarente, rue de Rivoli à Paris, nous a été grâcieusement fournie par M. Cyril Maillet (voir son blog).

Portrait en médaillon

"Le maréchal Macdonald, duc de Tarente" par Antoine-Jean Gros (Paris 1771 - Meudon 1835).

Autres portraits

Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald (1765-1840)
Agrandir
"Etienne Jacques Joseph Alexande Macdonald, capitaine aide de camp en 1792" par Louis Edouard Rioult (Montdidier 1790 - Paris 1855).
Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald (1765-1840)
Agrandir
"Le maréchal Mac Donald en pied, en grand uniforme, portant les insignes de la légion d'honneur, de la couronne de fer, la plaque de la légion d'honneur et son bâton de maréchal" par Alexandre Benoist Jean Dufay dit Casanova (Paris 1770 - Paris 1844).
Suivez le site sur les réseaux sociaux
Partager la page sur les réseaux sociaux
Vous êtes ici : Accueil > Personnages de l'Epopée > Liste des personnalités du Consulat et de l'Empire > Alexandre Macdonald
Liens ] [ Accessibilité ] [ Mentions légales ]
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) ] [ Les webmestres ]
Site conçu pour une résolution minimum de 1280 x 800 pixels. Dernière modification : 2017-01-13 20:15:17.
Copyright © 2008-2017 Lionel A. Bouchon email et Didier Grau
Hit-Parade

Site optimisé pour mobile Imprimer cette page
Haut de page